AccueilACTUALITESPolitiqueÉlections départementales à Villefranche : éliminé et secoué, le RN à la recherche de réponses

Élections départementales à Villefranche : éliminé et secoué, le RN à la recherche de réponses

Battu au premier tour dimanche dernier dans le canton de Villefranche, le Rassemblement National (RN) se pose des questions, à l'image de son candidat Daniel Chimchirian.
Élections départementales à Villefranche : éliminé et secoué, le RN à la recherche de réponses
© Julien Verchère - Daniel Chimchirian ne cachait pas sa déception et une forme d'incompréhension au sortir d'une élection ratée pour le RN.

ACTUALITESPolitique Publié le ,

Les scrutins défilaient et il était presque devenu habituel de voir le FN, puis le RN, en pôle position ou a minima très bien placé à Villefranche. Coup d'arrêt dimanche au soir du premier tour d'élections départementales dont il faut toutefois se garder de tirer des considérations définitives au regard de la faiblesse de la participation (à peine 26 % pour le canton de Villefranche).

Il n'en reste pas moins qu'en terminant troisième et en n'atteignant même pas la barre symbolique des 20 % malgré la présence de "seulement" trois binômes en lice, le RN s'est cassé les dents - dans la capitale du Beaujolais comme ailleurs - sur un dimanche d'élections dont il ne conservera pas un souvenir impérissable.

Assis face à l'écran égrenant les résultats des bureaux de vote caladois, Daniel Chimchirian ne pouvait cacher une forme de résignation au fil de l'avancée d'un dépouillement qui voyait la Gauche unie se qualifier pour le second tour aux dépens du RN, bataille de potentiels deuxièmes à distance du duo de tête Berthoux / Ravier.

"La marche était un peu haute face à des gens qui tiennent le pouvoir"

Il faudra sans doute quelques semaines pour décrypter les raisons profondes du "ratage", mais Daniel Chimchirian acceptait de livrer une première analyse à chaud : "Il y a évidemment beaucoup de déception. Je ne réside pas à Villefranche, mais j'ai une affection profonde pour cette ville. On se présentait avec des idées novatrices pour le Département, mais il faut croire que la marche était un peu haute face à des gens en place, qui tiennent le pouvoir. Le maire actuel a une notoriété dont on ne peut se prévaloir."

A travers le discours de Daniel Chimchirian, on comprend que la fin des divisions dans la droite caladoise n'a pas comblé de bonheur le RN local. "On s'accommode des clivages passés, on s'arrange entre amis pour tenir les rênes...", égratigne-t-il.

Pour autant, les raisons du recul du RN ne résident pas uniquement dans ce récent changement de paysage électoral au plan local. Difficulté nouvelle à mobiliser son électorat, changement progressif de sociologie à Villefranche ? Daniel Chimchirian confesse "ne pas avoir la réponse".

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?