Fermer la publicité

Drame du Breuil : 30 000 signatures pour la suppression du passage à niveau

le - - Faits divers / Justice

Drame du Breuil : 30 000 signatures pour la suppression du passage à niveau
Les proches des quatre victimes de la collision entre une voiture et un train, en décembre dernier, ont remis lundi à Réseau ferré de France une pétition pour la sécurisation des ouvrages dangereux.

Le drame est encore dans tous les esprits.

Il y aura bientôt un an, quatre membres de la famille Gutty - le père David et ses trois enfants Maxime, Jehanne et William - décédaient suite à une effroyable collision entre leur voiture et un TER sur un passage à niveau non protégé situé au Breuil. Seule la mère de famille, grièvement blessée, a survécu à l'accident. Les Gutty rentraient ce soir de décembre à leur domicile de Létra, à quelques kilomètres de là.
L'affaire a suscité une immense émotion dans la région, notamment dans le sud du Val d'Azergues et les Pierres dorées où la famille Gutty possède de nombreuses attaches.
Avec courage et dignité, les proches des victimes se sont alors lancé dans un grand combat pour la sécurisation des passages à niveaux dangereux, "pour que cela n'arrive plus ailleurs" comme ils l'ont souvent répété. "Nous souhaitons juste éviter à d'autres de vivre ce que nous avons vécu", avaient-ils déclaré il y a quelques mois au Patriote. Cette bataille a notamment pris la forme d'une grande pétition, diffusée dans les commerces, relayée sur le plan national via internet.
Lundi 8 octobre, Bernard Gutty, père et grand-père des victimes, a été reçu en compagnie de Sheila McCarron (conseillère régionale PS) dans les locaux lyonnais de Réseau ferré de France (RFF) par Anne Lambusson (directrice régionale de RFF) et Caroline Le Guellec (chef du service communication et relations extérieures).
M. Gutty et Mme Mc Carron ont remis à cette occasion à RFF la pétition qui a récolté précisément 30 918 signatures. Ce document demande l'accélération du programme de sécurisation des passages à niveau non-protégés sur la ligne de Paray-le-Monial/Lozanne/Lyon où l'accident est survenu, mais plus largement sur toute la région Rhône-Alpes Auvergne dont Mme Lambusson a la charge. "Mmes Lambusson et Le Guellec ont été d'une écoute bienveillante, tout en expliquant les contraintes financières de leur organisation", raconte Sheila Mc Carron. Un travail de recensement a déjà été effectué par RFF, une priorisation des travaux est en cours et un programme de travaux devrait prochainement être dévoilé. Il viserait entre autres à la suppression de certains passages à niveau, ce qui permettrait de rationaliser le nombre de franchissements à entretenir, et la sécurisation d'autres passages, par ordre de priorité. RFF s'est engagé à communiquer ce programme dès que possible.
Sachant que le frein majeur à l'accélération de ce programme est financier, Mme McCarron communique "son intention de contacter le gouvernement pour réaffirmer le besoin d'accélérer le programme de sécurisation et réclamer l'annulation de la dette de RFF qui ampute d'autant sa capacité d'investissement".
Pour sa part, M. Gutty semble satisfait de la rencontre. "Il est évident que le problème de fond reste le financement mais on sent une volonté d'y arriver", exprime-t-il avec soulagement.

Julien Verchère




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer