AccueilVILLEFRANCHEA la uneDon du sang : encore des progrès à faire !

Don du sang : encore des progrès à faire !

L'ancienne salle de malades de l'ex Hôtel-Dieu a été aménagée pour l'occasion : une trentaine de lits de prélèvements étaient disposés dans la salle et quelque vingt infirmiers et médecins étaient présents pour les donneurs.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

L’Amicale caladoise des donneurs de sang bénévoles s’est chargée de l’aménagement des locaux, ce qui a facilité le travail de l’EFS (Etablissement français du sang), l’organisme en charge des prélèvements. Un entretien médical personnel et une collation, respectivement en début et fin de séance, étaient prévus.
De 10?h à 19?h, deux cent cinquante donneurs se sont succédé afin d’accomplir un geste qui n’a pas la même valeur pour tout le monde. Pour Anthony, il s’agit d’un acte de solidarité : "Ce n’est pas la première fois que je donne mon sang. Cela ne dure pas longtemps et c’est l’occasion d’être utile à autrui. Je me dis que ça peut aider, voire sauver une vie, et puis cela me permet de faire une bonne action !". Les profils de donneurs évoluent?: "De plus en plus de jeunes viennent donner leur sang, le plus souvent en bande. En étant confrontés de plus en plus tôt à des choses graves, ils prennent conscience du rôle qu’ils ont à jouer. Pour eux, il s’agit d’un acte civil. C’est quelque chose qui les rend fiers, parce qu’ils savent que leurs dons peuvent sauver des vies", confie Blandine Jochem, l’un des médecins sur place.

"Moins de 5 % des donneurs potentiels se rendent dans les centres de dons"

Mais à quoi et à qui ces dons servent-ils ? "Les globules rouges, les plaquettes et le plasma sont trois composants majeurs du sang. Les globules rouges sont essentiellement utilisés en hématologie (maladies du sang) et cancérologie, tandis que les plaquettes sont très utiles aux patients souffrants de leucémie ou subissant des traitements lourds, comme la chimiothérapie. Enfin, le plasma permet d’aider les grands brûlés, les hémophiles et les personnes en déficit immunitaire grave, nous éclaire-t-elle. Les donneurs de groupe sanguin O sont particulièrement recherchés car leur sang est transférable à de nombreux patients." Bien qu’un million de malades soient soignés chaque année, et que le nombre de dons soit en légère progression, les dons sont encore insuffisants : "Moins de 5?% des donneurs potentiels se rendent dans les centres de dons. Pourtant, il suffirait d’un don supplémentaire par an et par personne pour répondre à l’augmentation des besoins", déplore-t-elle.

"Le don du sang, c’est le don de la vie"

Une statistique peu flatteuse que l’amicale caladoise des donneurs de sang bénévoles s’efforce de bonifier. Depuis 1952, elle a soutenu et promu le don de sang dans la région. "Nous menons des campagnes afin d’inciter les gens à venir donner leur sang. Nous distribuons par exemple des prospectus, envoyons des mails et SMS annonçant la prochaine séance de don. Nous voulons leur faire comprendre que le don du sang, c’est le don de la vie, explique Philippe Touraille, président de l’amicale. Nous faisons en sorte que le plus de monde possible puisse venir donner son sang." Il se réjouit d’ailleurs des locaux dont il dispose pour organiser au mieux ces séances. "Pouvoir utiliser cette salle des Echevins comme locaux est une aubaine. C’est le fruit d’une collaboration entre la mairie, qui nous prête ses locaux, notre amicale et l’EFS. Cette salle est esthétique et pratique, s’enthousiasme-t-il. Nous avons la chance de pouvoir nous installer dans des locaux historiquement riches et idéalement situés, au centre de Villefranche. L’espace de dons est donc accessible au plus grand nombre." La prochaine séance de don aura lieu mercredi 7 mai, de 10?h à 19?h, au même endroit. Alors venez nombreux !

Léo Roynette

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?