AccueilLOISIRSLa chronique "Livres"Dominik Fusina : "J’ai voulu montrer le Beaujolais sans concession"

Dominik Fusina : "J’ai voulu montrer le Beaujolais sans concession"

Le livre de photographies de Dominik Fusina "Beaujolais in love, paysages d'exception", paru aux éditions Héraclite, révèle des paysages beaujolais dans leur diversité et aux quatre saisons. Fascinant.
Chapelle Saint-Fortunat -Amplepuis-
Dominik Fusina - Chapelle Saint-Fortunat -Amplepuis-

LOISIRSLa chronique "Livres" Publié le ,

Dominik Fusina sera en dédicace dimanche 12 décembre à la Maison du terroir beaujolais à Beaujeu.

Quelles sont les raisons qui ont motivé la réalisation de cet ouvrage ? Quelle touche personnelle avez-vous souhaité apporter par rapport aux autres livres parus sur le Beaujolais ?

"L’axe d’orientation de cet ouvrage est de montrer la diversité des paysages, des lieux et des ambiances d’une seule région. On connaît surtout le Beaujolais rouge, la partie viticole de cette région. Mais elle présente aussi d’autres caractéristiques avec ses reliefs, ses forêts, ses champs…contrairement à un ouvrage classique qui se voudrait davantage tourné vers le tourisme avec l’image idyllique estivale du ciel bleu, des arbres verts et des fleurs, j’ai pris le parti de montrer la diversité, la vraie nature et de ne pas tricher avec la région. Pour moi, un automne, un hiver, un jour d’orage en été c’est aussi beau qu’un bel été avec un ciel sans nuages, etc. Il y a bien sûr des photos du beaujolais viticole où prime la diversité des saisons, mais aussi des photos de lieux un peu méconnus dans le Haut Beaujolais.

"L'ENVIE DE FAIRE DECOUVRIR"

"Mer de brume en Haut Beaujolais", "Lever de jour en hiver vers Theizé", "Ciel étoilé à Saint-Clair", "Sillon stellaire" (Le Chatoux), "Les arbres à nuages en Haut Beaujolais" "Jour d'orage à Régnié Durette""Lever de soleil de la Belle au bois dormant (Château de Montmelas) etc..chaque photo a son atmosphère...

Effectivement, j’aime bien créer la diversité par les ambiances. L’on peut prendre un même cadrage, un même angle et un même paysage, et l’on obtiendra une vision totalement différente en fonction à la fois de la saison, de l’heure dans la journée et éventuellement de l’ambiance climatique du moment. Tout cela contribue à créer une vraie diversité. Généralement, pour faire la promotion d’une région, on ne montre pas forcément l’hiver avec les arbres dénués de feuilles. Je l’ai fait. Et les photos dégagent une ambiance superbe ! C’est ça qui domine chez moi l’envie de faire découvrir. Qui irait se promener dans la brume et dans le froid ? Si j’arrive à convaincre par le biais de mes photos. C’est gagné ! Pour résumer : j’ai voulu montrer le Beaujolais sans concession.

"CELA CREE UNE LUMIERE QUASI CONSTANTE"

Justement, quelles sont, d'après vous, les ambiances particulières qui se dégagent de vos photos ?

J’aime beaucoup les demies saisons. L’automne et le printemps sont des saisons de transition. Pendant ces deux périodes, on peut capter des couleurs et aussi une lumière très particulière. J’ai du mal à me focaliser sur l’été. En demi-saison, le soleil est sur l’horizon et cela crée une lumière quasi constante. Ce qui donne des ambiances magnifiques.

"LE BEAUJOLAIS EST UN TERRAIN DE JEU. JE VAIS DE DECOUVERTE EN DECOUVERTE"

Depuis plus de quinze ans, vous sillonnez le beaujolais, qu’est-ce qui vous a le plus surpris ?

C’est compliqué à répondre car j’aime bien la diversité. Pour moi le Beaujolais c’est un terrain de jeu. Je vais de découverte en découverte. Mais il est vrai que lorsque j’ai fait ma sélection de photos, j’ai réalisé que je voyais souvent le mont Brouilly en arrière-plan. J’ai réalisé qu’il est le centre névralgique du Beaujolais. On le voit de partout ou presque quand on se promène dans la région. C’est mon point de repère ! Pour moi, c'est le totem du Beaujolais.

Votre ouvrage comprend des photos de paysages, un peu de patrimoine : chapelle, châteaux… quelques rares animaux, pas d’êtres humains, pourquoi ?

C’est un parti pris. Je ne voulais pas montrer d’êtres humains, car je souhaitais que se dégage à travers cet ouvrage, un sentiment de quiétude, que les lecteurs se laissent absorber par les paysages. Par contre, il en sera question dans un autre ouvrage. Il est en cours de préparation et s’appellera "Les gueules du Beaujolais", un titre à la Audiard ! Un mot argotique qui a du sens pour moi. Une personnalité d’un village m’intéresse autant qu’une personnalité reconnue et connue nationalement. Elles façonnent à leur manière la région dans laquelle ils vivent.

"PARTAGER UNE LECTURE SINGULIERE D'UN MOMENT"

Pourquoi "L’arbre de l’amour" ?

Un matin, lorsque je suis arrivé vers Chenas pour me rendre à Saint-Amour, le soleil tapait dans les branches et j’aperçois cet arbre qui ressemblait à un cœur. J’avais l’impression qu’il me faisait un clin d’œil. Ce cliché est assez symbolique de ce que l’on attend d’un photographe : partager une lecture singulière d’un moment. Je suis persuadé que beaucoup de gens sont passés à côté sans voir ce détail. Il faut juste être positionné dans le bon angle. In fine, ce n’est plus un arbre, c’est un cœur !

Vous postez-vous longtemps devant un paysage ? Quelle est votre "méthode" pour photographier ?

Une belle photo de paysage, il faut aller la chercher. Comme je suis à la conquête d’ambiances particulières, cela impose de se déplacer à des heures pas possibles ! L’été, la belle lumière ne dure pas longtemps. Par exemple, et en ce qui concerne la photo de l’arbre prise à Montmelas, je suis arrivé de nuit et j’ai attendu que le soleil se lève. Pour d’autres photos, cela peut nécessiter deux à trois heures de prises de vue et parfois plusieurs jours de déplacement pour aller chercher le spot idéal.

Propos recueillis par Laurence CHOPART

"Beaujolais in love", paysages d'exception/Amazing landscapes, livre bilingue disponible chez les libraires de Villefranche et du Beaujolais ou www.editions-heraclite.fr

Pour aller plus loin

Les photographies de cet ouvrage sont entrecoupées en intermède de textes de personnalités amoureuses de notre région : Jean-Yves Loude (poète, romancier, scénariste) ; Yves Pignard, comédien, metteur en scène, directeur du théâtre des Marronniers, Bruno Rousselle, géologue, conservateur du musée de l’espace Pierres folles, référent du Geoparc Beaujolais Unesco, Odile Mattei, ex-productrice de "Goûtez-voir" et "Pousse-café" sur France 3 et TV5 Monde), avec en prime, un texte inédit du regretté Michel Aulas, offert par ses enfants Françoise et Jean-Michel Aulas.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 03 novembre 2022

Journal du03 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?