AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeDisparus du Népal : les recherches stoppées, les proches en colère

Disparus du Népal : les recherches stoppées, les proches en colère

Trois semaines après le séisme qui a endeuillé le Népal, une nouvelle secousse a causé des dégâts humains et matériaux en début de semaine.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

De quoi raviver la douleur des proches des six Français disparus à Langtang village le 25 avril dernier. Les membres du "groupe Dutrève" (Dorian Curmi, Julia Merle, Florence Dutrève, René Dutrève, Guillaume Dutrève, Irène Dubouloz) ont officiellement été déclarés morts par le Ministère des affaires étrangères et les recherches stoppées le week-end dernier sur le site de Langtang, rayé de la carte par une immense avalanche de neige, de boue et de pierres.

Un scénario qui révolte les proches des six Français, pour la majorité originaires du Beaujolais Val de Saône. "Depuis le début, la France nous fait croire qu'elle entreprend tout pour nous rendre nos disparus. Nous avons appris par répondeur et avec stupeur que les recherches étaient stoppées et que ce qui devait être le dernier vol de recherche n'a été qu'une promenade en hélico pour l'ambassadrice qui s'est recueillie sur les lieux, déclarant ainsi la fin des opérations. Mais quelles opérations au juste ?", dénonce Charlotte Jarrix, amie très proche de Dorian Curmi.

Sur son compte Twitter (@Valolic), le frère de Dorian Curmi relaie le message téléphonique laissé par un collaborateur du Quai d'Orsay le 8 mai, signifiant la fin des opérations de recherche. "Notre ambassadrice et nos collègues gendarmes et de la sécurité civile se sont rendus sur place et ils ont malheureusement constaté qu'il n'y aurait pas la possibilité de ramener les corps", peut-on entendre en substance dans cet enregistrement. On y apprend encore qu'une minute de silence a été respectée sur les lieux et les noms des six victimes énumérés.

Une pétition en ligne

Cet épilogue est difficile à encaisser pour les proches. "Encore une fois, nous devons nous débrouiller sans les autorités", se désole Charlotte Jarrix, faisant référence à la longue quête des proches via les réseaux sociaux pour tenter de trouver traces du groupe.

Une pétition baptisée "Rechercher le corps de nos disparus français au Népal" a été lancée sur le site change.org, afin de mettre la pression sur les autorités françaises. Mercredi après-midi, elle avait déjà dépassé la barre des 5?000?signatures. "Nous allons aussi établir un plan de financement participatif pour envoyer de vrais chercheurs équipés avant qu'il ne soit vraiment trop tard", achève Charlotte Jarrix. Mais le temps presse, l'approche de la mousson ne laissant que quelques semaines pour tenter de retrouver les corps des disparus.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?