AccueilSPORTSDeuxième du Marathon international du Beaujolais, Pierre Barbet ne pouvait pas faire mieux

Deuxième du Marathon international du Beaujolais, Pierre Barbet ne pouvait pas faire mieux

Le 19 novembre dernier, Pierre Barbert terminait second du Marathon international du Beaujolais. Le spécialiste caladois revient sur sa course.
Pierre Barbet, deuxième du marathon international du Beaujolais.
©Franck Chapolard - Pierre Barbet, deuxième du marathon international du Beaujolais.

SPORTS Publié le ,

Connue pour être la star locale des 42 km du Marathon international du Beaujolais, Pierre Barbet a bien su réagir à cette pression. En effet, le Caladois est venu empocher une jolie deuxième place avec un super chrono de 2h34. Pour le marathonien, ce temps est une superbe performance : "Sur une course comme celle du Beaujolais, venir accrocher un temps dans les alentours de 2h30, c’est super. Le parcours était loin d’être facile et en plus je me suis retrouvé isolé pour les sept derniers kilomètres."

Sur cette course il était plus fort que moi

En effet, dès le départ dans le village de Fleurie, Pierre Barbet s’est retrouvé confronté à un seul candidat et pas des moindres, le futur vainqueur, Legese Dadi, le seul concurrent à être capable de suivre sa cadence dès le début de l’épreuve. Mais le local s’est fait avoir à sa propre stratégie, puisque l’Ethiopien est parvenu à accélérer et décrocher Pierre de sa foulée à moins de dix kilomètres de la fin, dans la montée après Arnas. "Je pensais que j’étais sur la bonne stratégie, je voulais moi-même donner le rythme comme je connaissais les routes. Legese Dadi a su profiter de la situation pour faire beaucoup moins d’efforts que moi. Sur cette course il était plus fort que moi, et je lui ai laissé l’occasion de me battre en faisant moi-même les efforts", explique Pierre Barbet

7 derniers kilomètres de souffrance

"Une fois que le futur vainqueur m’avait décroché de sa foulée dans la montée vers le château de Talancé, j’ai essayé de m’accrocher. Le problème, c'est dès que je mettais un peu plus d’intensité dans ma course, je commençais à avoir des crampes au mollet. J’ai donc compris que je n’allais pas pouvoir l’emporter. Après un effort aussi long, il est toujours compliqué de se retrouver seul", complète-t-il.

Je pense que de courir à domicile m'a énormément aidé à terminer la course

Mais le local de l’épreuve a pu compter sur le public, notamment en entrant dans Villefranche-sur-Saône, plus particulièrement en haut de la rue Nationale. "Je ressens toujours quelque chose que je rentre dans les derniers kilomètres. C’est toujours impressionnant pour moi de courir dans les rues de ma jeunesse. Je pense que de courir à domicile m'a énormément aidé à terminer la course avec ce joli temps."

Deux semaines après son exploit, Pierre est retombé de son petit nuage et tourné vers ses prochains objectifs. Le Caladois participera en janvier prochain au Championnat départemental de cross où il essayera de décrocher une qualification pour le prochain tour. Cette épreuve fera partie de sa préparation pour la grande course de son début d’année : le Marathon de Paris qui se déroulera en avril prochain.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?