AccueilACTUALITESDeux-Grosnes : Onctueuse, une championne à Avenas

Deux-Grosnes : Onctueuse, une championne à Avenas

Onctueuse est une vache montbéliarde qui coule des jours paisibles à Avenas, au Gaec Bochard de Vincent et Valérie. Pendant quelques jours, elle a connu le stress des podiums et d’un environnement étranger d’où elle est sortie championne.
Onctueuse s'est distinguée au Sommet de l'élevage de Cournon, début octobre.
© DR - Onctueuse s'est distinguée au Sommet de l'élevage de Cournon, début octobre.

ACTUALITES Publié le ,

Elle s’appelle Onctueuse, elle a 4 ans et l’allure d’une championne, ce qu’elle est devenue début octobre au Sommet de l’élevage de Cournon (63). La vache a été reconnue championne Jeune et Grande championne de l'événement devant 119 candidates de sa catégorie. Ce sommet, réservé aux professionnels, est spécialisé dans "la génétique allaitante et laitière des zones montagneuses et difficiles".

Belle reconnaissance pour les éleveurs que sont Vincent et Valérie Bochard et leur fille Mathilde. Mais qu’est-ce qui les a incités à présenter une de leurs vaches au concours ? Le premier critère qui, pour Valérie Bochard, détermine les éleveurs à faire concourir leurs animaux, est le suivant : "Il faut que l’animal ait le tempérament pour. Une bonne résistance au stress, la capacité de marcher en étant tenu par un licol, de stationner sans bouger. Onctueuse était parfaite pour cela".

Mais avant de mobiliser ces capacités, il a fallu aux éleveurs faire apprécier la qualité de l’animal, sa morphologie, sa taille, sa mamelle, et sa production de lait. C’est avant tout ce qui détermine les candidates, et ensuite les gagnantes.

Onctueuse dans ses prés à Avenas (Deux-Grosnes) © Christine GESSE

"Faire reconnaître la qualité de notre animal"

Très en amont du concours, ils ont dû passer du temps à familiariser la vache avec le licol, lui apprendre à marcher et à s’arrêter et, juste avant le concours, la faire belle, la laver et la tondre entièrement jusqu’aux mamelles. C’est du temps passé dans un emploi du temps déjà chargé.

"Il n’y a pas d’enjeu financier, précise Valérie. On n’a gagné que les deux trophées qu’on a ramenés. On y va pour faire reconnaître la qualité de notre animal, pour se comparer aux autres élevages, échanger avec les éleveurs qui sont aussi passionnés que nous, réfléchir ensemble à l’amélioration génétique de la race, rester motivés et motiver les jeunes. C’est utile financièrement quand on veut vendre les animaux primés, mais nous, on ne les vend pas !".

C’est la première fois qu’ils présentaient un animal à un concours de ce niveau. Avant possiblement le Salon de l’agriculture de Paris ? "On ne s’est pas posé la question, ce n’est pas le même type de concours, poursuit l'agricultrice. Le Sommet de l’élevage est un salon de professionnels. Le Salon de l’agriculture est grand public. On est avant tout des éleveurs, soucieux du bien-être de nos animaux." Onctueuse peut donc, pour le moment, continuer à brouter tranquillement avec les 45 autres laitières du Gaec Bochard.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?