AccueilLOISIRSCôté spectaclesDenicé : l'arbre-monde, le spectacle musical de Sylvain Daucourt

Denicé : l'arbre-monde, le spectacle musical de Sylvain Daucourt

Cet artiste rivolien a présenté pour la première fois ce spectacle poétique devant les enfants du centre Graines de loisirs, le 26 octobre.
Denicé : l'arbre-monde, le spectacle musical de Sylvain Daucourt
©Valérie Blet

LOISIRSCôté spectacles Publié le , Valérie Blet

Originaire de Franche-Comté, Sylvain Daucourt, aujourd’hui habitant de Rivolet, a toujours baigné dans la musique, depuis l’âge de 5 ans.

Après des études de musicien intervenant au DUMI à Tours et pas mal d’auto-formation, il est actuellement en poste dans les écoles de Lozanne depuis douze ans et de Chessy depuis neuf années ; ce qui ne l’a pas empêché de nourrir plusieurs projets musicaux en parallèle.

"J’ai ce voyage musical en tête depuis plus d’un an, avec l’idée d’allier la découverte d’instruments et la défense de la nature", confie l’artiste musicien à propos de Sylvain et l’arbre-monde, sa création présentée pour la première fois devant les 40 enfants du centre Graines de loisirs de Denicé, mercredi 26 octobre. Un spectacle rempli de poésie où les enfants ont un rôle un jouer, renouant ici avec les ressorts de l’interaction de son métier.

Poésie et musiques du monde

Sylvain Daucourt embarque son jeune public dans un voyage autour du monde, à travers ses instruments tels que l’udu, (percu indienne), le bodhran (tambour irlandais), le darbouka (percussion africaine), la cornemuse du centre de la France, le bouzouki irlandais, le tamburello italien…Mais aussi plusieurs langues chantées (anglais, dialecte sicilien, japonais) voire inventées dans une scénographie magique.

"Je chante la langue des fées" s’amuse-t-il pour parler du lilting, une pratique musicale pour imiter les sons des instruments, mais aussi le sami, un dialecte russe. "Pour le décor, je me suis entouré pour fabriquer cette mise en scène de branches d’arbres et d’un cœur en vannerie qui s’illumine au gré du récit. Le public arrive dans le noir et je me présente comme le gardien de l’arbre mais il se meurt alors que mon pouvoir pour lui redonner vie, c’est la musique.

Il semble que mon énergie à moi seul ne lui suffit plus et c’est avec l’aide des enfants, par des percussions corporelles, des danses ou la création d’un paysage sonore que cela pourra marcher. Le message derrière cette histoire étant qu’il y a besoin d’amour pour que cela fonctionne", conclut Sylvain Daucourt, qui tourne dans les centres de loisirs de la région, comme à La Clairière à Anse ce 2 novembre, le 9 décembre à Lissieu et prochainement à l’école de Rivolet. Ce spectacle devrait aussi faire l’objet d’un album illustré.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?