AccueilSPORTSFCVBDella Maggiore s'attend à un "terrain compliqué" à Saint-Brieuc

Della Maggiore s'attend à un "terrain compliqué" à Saint-Brieuc

Le FCVB (12e) se déplace sur la pelouse de Saint-Brieuc (17e), vendredi 16 décembre à 21 h. Un terrain cabossé par les conditions météo sur lequel Hervé Della Maggiore s'attend à plus de combat que de jeu.
Gagner à Saint-Brieuc permettrait au FCVB de rester hors de la zone rouge avant la trêve...
© Franck CHAPOLARD - Gagner à Saint-Brieuc permettrait au FCVB de rester hors de la zone rouge avant la trêve...

SPORTSFCVB Publié le ,

Des mots même de son entraîneur, le FCVB est "sur un fil" alors que se profile son dernier match de l'année 2022. Les hommes d'Hervé Della Maggiore, 12e et premiers non-relégables, iront batailler sur le terrain de Saint-Brieuc, 17e et avant-dernier du classement de National, pour le compte de la 16e journée.

Et "batailler" semble est le terme correspondant à ce que l'on pourra voir sur le terrain. Bien que prônant le jeu, le coach beaujolais sait déjà qu'il devra ranger ses aspirations au placard en raison des conditions, tout comme son homologue breton Karim Mokeddem.

"On a eu confirmation que le match allait se jouer, mais on a vu qu'il aurait pu être remis en cause à cause des conditions météo, a-t-il expliqué en conférence de presse, ce jeudi 15 décembre. Le terrain sera très compliqué et les intentions de jeu difficiles par rapport à l'état de la pelouse."

Un FCVB sur "courant alternatif"

Dès lors, les joueurs devront démontrer dans cette adversité qu'ils ont bien entendu ce que HDM leur demande depuis le début de saison : l'état d'esprit. "On est tellement sur courant alternatif, déplore-t-il. C'était encore compliqué la semaine passée dans ce domaine." Une référence à ce match délicat contre Châteauroux (1-1), dont le résultat a été qualifié de "bon point" par l'entraîneur.

Une rencontre qui a connu un point de bascule avec un changement tactique contraint par la sortie de Claudy Mbuyi, remplacé par Ousmane Badji (37e). Villefranche est passé à trois derrière pour contenir au mieux les velléités castelroussines. "Ils avaient des latéraux qui jouaient haut et large, ce qui nous a fait défendre très bas, justifie-t-il. C'était une réaction pour défendre beaucoup plus haut et saisir des opportunités de contre. Châteauroux était venu pour se livrer et ouvrir le jeu."

Être face présent dans le défi physique, comme Flégeau ici contre Châteauroux, c'est ce que réclame HDM © Franck CHAPOLARD

Un choix qui n'a pas été payant puisque les bleus ont concédé l'égalisation dix minutes après le retour des vestiaires (56e). Une action de cafouillage dans la surface de réparation que N'goma n'a pas laissé filer.

"Peut-être qu'en étant restés à quatre derrière, on aurait pu avoir encore plus de situations, admet Della Maggiore. Mais c'est surtout que le peu qu'on a eu a été mal exploité. Et on se prend le deuxième but au moment où on s'y attendait le moins. C'est sur ces phases de jeu que je déplore qu'on manque de détermination dans les deux surfaces."

"On n'a pas cet état d'esprit de sacrifice"

Pour le coach, il n'y a pas à Villefranche cet "état d'esprit de sacrifice". Aussi bien pour mettre le pied derrière pour bloquer un adversaire que devant pour marquer. "C'est peut-être mental, juge-t-il. On ne veut pas se jeter pour ne pas se faire éliminer. On n'est pas assez dans l'action. Mais c'est dû aussi à notre situation actuelle. Si on était dans les cinq premiers, on n'aurait pas cette attitude-là."

Un problème qui se situe dans les têtes et pourrait remonter, selon Hervé Della Maggiore, à cet été. Entre l'échec en barrages pour la deuxième fois consécutive - "sans regrets car Quevilly était supérieur" - et le flottement d'une montée administrative qui n'est jamais arrivée, le FCVB a nagé dans un flou qui le tétanise. "Je n'y croyais pas trop alors que tout le monde me le disait, mais je vois que cette situation a un peu touché tout le monde, reconnaît-il. Après ces deux années, beaucoup nous voyaient en haut tout de suite aussi. Mais le foot ça ne marche pas comme ça. Il faut sans cesse se remettre en cause et rester mesuré."

La valse des blessés, une épine dans le pied

Reste que le natif de Rillieux-la-Pape doit également composer avec un effectif amoindri. En qualité, déjà, par rapport à la saison dernière. Mas également vis-à-vis des blessés, nombreux. "On a perdu des joueurs importants, même si je ne me cherche pas d'excuses et, pour le moment, le recrutement ne donne pas satisfaction, se défend-il, en écho à ses critiques sur le niveau des recrues la semaine passée. Il y a des joueurs dont j'attendais beaucoup comme Ngom, Gromat ou Mbuyi mais qui sont souvent blessés."

Ce qui laisse d'ailleurs de l'espoir dans la tête de celui qui fêtera dans quelques semaines ses deux ans sur le banc du FCVB : "On a de quoi faire une bien meilleure deuxième partie de saison. Beaucoup de paramètres me disent que c'est possible. Mais il y aura des leçons à tirer, aussi bien pour les joueurs que pour le staff. Et il faudra plus réussite par rapport à tous ces pépins".

Ceux-ci ne sont pas terminés. Pour le déplacement à venir, le FCVB ne pourra pas compter sur Josselin Gromat (lire encadré), sorti à la mi-temps contre Châteauroux et qui restera à l'infirmerie. Rémi Bonenfant est, lui, toujours en rééducation, avec une reprise de l'entrainement estimée à la mi-janvier avec le groupe. Kamil Manseri soigne sa pubalgie et est en phase de réathlétisation. Medhy Guezoui, lui, est malade. Autrement, le reste du groupe est apte.

Gromat, le coup de coeur de Della Maggiore

En dents de scie et particulièrement décevante au vu des deux dernières campagnes, cette première partie de saison n'aura pas été la plus réjouissante de la carrière d'Hervé Della Maggiore. Mais dans ce brouillard footballistique, le coach beaujolais n'a pas hésité à donner le nom du joueur qui l'a plus surpris positivement, à savoir Josselin Gromat.

"Il peut largement évoluer à ce niveau", estime le coach au sujet du joueur qu'il est allé chercher en National 3, cet été, chez Hauts Lyonnais. L'attaquant n'a pourtant pas eu de nombreuses occasions de briller, lui qui n'a disputé que huit rencontres jusqu'ici. "C'est mon gros regret de ne pas encore l'avoir vu enchaîner car c'est vraiment un joueur de qualité, loue HDM. Il me fait un peu penser à Amine Boutrah de Concarneau. C'est un joueur de ce profil, qui peut amener de la vivacité et de la technicité. Il a besoin d'un temps d'adaptation."

Les fréquentes blessures du Roannais seraient dues, selon son entraîneur, à la transition entre le niveau N3 et le niveau N1. "On peut en tirer plus", assure-t-il. Della Maggiore a d'ailleurs confessé qu'il voyait en Gromat un titulaire indiscutable pendant la préparation.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?