Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

De mystérieux sacs de viande avariée jetés dans la Saône

le - - A la une

De mystérieux sacs de viande avariée jetés dans la Saône
DR - A plusieurs reprises depuis le mois de juin, des sacs ont été retrouvés sur la Saône et ses berges.

Carcasses, saucisses, côtelettes, des sacs remplis de viande avariée ont été retrouvés à plusieurs reprises dans la Saône près de Saint-Didier-sur-Chalaronne. Une enquête a été ouverte.

A quatre reprises au moins depuis le mois de juin dernier, deux pêcheurs ont découverts en Saône et sur le chemin de halage des sacs plastiques de gros volumes et des cagettes remplis de viande avariée. Les faits se sont déroulés à Saint-Didier-sur-Chalaronne.

"Nous avons trouvé sur l'eau plusieurs de ces sacs contenant des carcasses de gros animaux ou de la viande préparée (saucisses, côtelettes, Ndlr) qui dégageaient une odeur évidemment horrible. A chaque fois, nous nous sommes dit qu'ils ne devaient pas être là depuis très longtemps, parce qu'au moindre passage de bateau ils auraient coulé", souligne l'un d'eux.

Jusqu'à ce petit matin de fin août où, à peine embarqués pour une pêche à l'aube, ils aperçoivent un véhicule de type 4x4 stationné sur le pont, dont le conducteur ("ou le passager", précisent-ils), jetait à l'eau de gros sacs noirs.

UNE ENQUÊTE EN COURS

"Mon copain a juste eu le temps de lire la fin de la plaque d'immatriculation, le numéro de département en fait." Un numéro un peu surprenant en Val de Saône, qui incite les deux hommes à chercher le véhicule dans les villages alentours. Ils avertissent aussi les mairies, finissent pas tomber sur l'agent de police municipale de Saint-Didier-sur-Chalaronne qui prévient la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et, à leur surprise, tombent par hasard... sur le 4x4 qu'ils cherchaient.

Les deux hommes ont effectué une déposition en gendarmerie de Thoissey. Le major Chabot, commandant la communauté de brigades de Thoissey, confirmait l'information il y a quelques jours : "Nous enquêtons sur l'affaire, mais je ne peux en dire plus pour l'instant de façon à ne pas gêner l'avancée de notre travail."

Pour les deux pêcheurs, le sentiment du devoir accompli prévaut : "Ce qui nous faisait le plus mal, ce sont ces sacs en plastique jetés dans la rivière, alors que l'on sait les dégâts causés par la pollution." Même s'ils restent inquiets à l'idée de retrouver de nouveaux sacs. D'autant que les langues semblent se délier du côté des pêcheurs et des habitués de la Saône : on raconte avoir trouvé des têtes d'animaux, des pattes de bovins, des tibias... Bref, la rumeur enfle, d'autant que personne ne sait d'où viennent les carcasses d'animaux, ni de quoi les bêtes sont mortes.

Anne TURREL

CE QUE DIT LA LOI / Selon les dispositions de l'article L 226-2 du Code Rural, il est interdit d'enfouir, de jeter en quelque lieu que ce soit, ou d'incinérer les cadavres d'animaux... de plus de 40 kg. Leur propriétaire ou leur détenteur doit les mettre, en entier et non dépouillés, à la disposition de la personne chargée de l'exécution du service public de l'équarrissage.




Julien VERCHERE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer