AccueilSPORTSDavid Levrat : "En France, il n'y a aucune reconnaissance du handisport"

David Levrat : "En France, il n'y a aucune reconnaissance du handisport"

Le joueur, entraîneur et président du club de Meylan-Grenoble basket, passé par la Calade dans les années 2000, s'exprime sur le handisport qu'il ne juge pas suffisamment représenté.
David Levrat, de retour en Calade pour les 50 ans de Villefranche Handisports
©Morgiane Selselet Attou - David Levrat, de retour en Calade pour les 50 ans de Villefranche Handisports

SPORTS Publié le , Morgiane Selselet Attou

Il a débuté sa carrière en 2000 à Meyzieu-Villefranche, club qu'il a quitté en 2008, pour tenter sa chance dans le monde professionnel en Espagne. "En France, le handibasket se pratique uniquement en amateur et à l'étranger, ils font des contrats professionnels pour les joueurs donc je voulais voir ce que ça donnait", dit-il. Pour Le Patriote, David Levrat se confie sur son parcours et la place du handisport dans la société.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire du sport ?

Je pratiquais déjà le basket, et quand on m'a coupé la jambe à 13 ans, ma seule hantise, c'était de ne plus pouvoir rejouer. On m’a expliqué que je pouvais rejouer assis. Au début, je ne comprenais pas trop. J’ai commencé par aller voir une première équipe de handibasket qui jouait à Lyon. Il y avait uniquement des personnes plus âgées, j'ai eu un peu peur et je me suis dit que ça ne m’intéressait pas trop. Puis, j'ai vu une deuxième équipe, celle de Meyzieu-Villefranche, qui s’entrainait à côté de chez moi. Là, c'était une équipe avec des jeunes, des moins jeunes et ça allait à 2000 à l'heure et je me suis dit ça, c'est un sport pour moi.

Que pensez-vous du fait qu’il n’y ait plus d’équipe de basket à Villefranche, ayant débuté le handisport ici en Calade ?

C'est regrettable parce que c'est un club qui a progressé. Quand je suis arrivé, on était en dernière division et on est remonté. On a même fait 5e de 1ere division et qualifié le club pour la première fois en Coupe d'Europe.

Au niveau de la place du handicap dans le sport, trouvez-vous que vous êtes bien représentés ?

En France, il y n'a aucune reconnaissance. C'est bien d'en mettre un petit peu à la télé quand il y a les Jeux Olympiques. À part ça, dans des petites villes où il n’y a pas beaucoup de sports valides, ils arrivent à avoir 100, 200 personnes dans le public, mais dès qu'on arrive dans des métropoles comme Lyon, Grenoble, Lille, c'est impossible, il y a du football, il y a du rugby et le handibasket passe au second plan.

C'est quoi la force du handibasket et du handisport en général ?

C'est d'être autonome. En fait, on a adapté ce sport pour se servir des gymnases des valides, ce sont les mêmes gymnases que les valides donc on peut se débrouiller seul, c'est juste qu'il manque du supporter, c'est dur à attirer par le fait qu'il n’y a pas de catégories d’âge, les équipes sont mixtes. Par exemple, dans un club de valides, quand la grande équipe senior joue, tous les jeunes viennent avec les parents et ça fait du monde. Nous, on ne peut pas avoir ça. C’est que du bouche-à-oreille, les personnes viennent voir une fois mais ils restent rarement. Après le handibasket, ça reste une famille et c’est sympa.

On peut même enlever le "handi" car c'est du sport

Concernant les 50 ans de Handisport Villefranche, était-ce important pour vous de participer ?

Oui, c’est déjà super sympa qu’ils aient pensé à nous. J’ai accepté direct. Ça me semblait logique, c’est ma façon de rendre un petit peu ce qu’ils m’ont donné et ça fait plaisir de revoir les anciens car ils m'ont connu tout petit. Comme je disais, je suis triste pour eux que ce club Meyzieu-Villefranche n’a pas pu continuer.

Si on devait résumer, le handisport pour vous c’est ?

Le handisport, on peut même enlever le "handi" car c'est du sport. Pour moi, c'est l'endroit où je vais pour me dépenser, me défouler, passer un moment avec les collègues.

Propos recueillis par Morgiane Selselet Attou - Correspondante locale de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?