AccueilBEAUJOLAISPierres doréesDamien Dupeuble, une figure du Beaujolais disparaît

Damien Dupeuble, une figure du Beaujolais disparaît

"Il s'en est allé le 2?mars sur de nouveaux chemins, avec comme bagages sa passion pour sa famille, le vin, le Beaujolais, la moto et la vie.

BEAUJOLAISPierres dorées Publié le ,

Il laisse derrière lui tous ses combats comme une ligne de conduite, une leçon de vie pour nous…" C’est avec ses mots que Ghislaine, sa fille, nous a annoncé la triste nouvelle.
Homme passionné et passionnant, au caractère bien trempé, réputé pour ses coups de gueule, il était à la tête de l’exploitation familiale le Château des Pertonnières, qui regroupe trois domaines et plus de 40 ha de vigne. Avec ses frères Julien et Paul et ses enfants, il ne cessait de diversifier sa gamme de vins de grande qualité, vinifiés dans la tradition et la modernité. De nombreuses médailles et prix récompensaient régulièrement sa production et faisaient sa fierté.
Homme de partage et de convivialité, il avait organisé en 2012, pour les 500 ans du domaine, une journée d’exception où il avait pu mettre en avant sa famille, sa "plus grande fierté", dans le tout nouveau cuvage à peine fini, et entouré par toute la profession vinicole et les confréries vineuses.
Il avait eu de nombreuses responsabilités au sein de la maison du 210 et de l’interprofession, notamment la présidence du Groupement des Beaujolais.
Passionné de moto, il avait créé le moto club du Breuil et ses passions l’ont aidé à surmonter ce long combat contre cette maladie qui l’agressait depuis plusieurs années, avec un courage et une dignité étonnante malgré la souffrance.
L’église du village étant trop petite pour accueillir ses nombreux amis, ses funérailles seront célébrées dans une salle communale voisine.
Les messages affluent pour saluer la mémoire de ce vigneron dynamique et engagé.
Sitôt la triste nouvelle connue, les messages ont afflué pour saluer la mémoire de Damien Dupeuble. "Il était un ardent défenseur du Beaujolais, à travers les nombreux mandats qu'il a exercés. Président fondateur du Comité de défense des nouvelles pratiques viti-vinicoles, il a été de toutes les luttes pour la modernisation du vignoble : modes de conduite, densité de plantation, machine à vendanger, baisse des charges pour augmenter les bénéfices…", souligne Denis Chilliet, secrétaire général de l'UVB. "Damien était un battant, explosif, fonceur, avec de la gouaille mais aussi un homme tendre et humain. (…) En mon nom, au nom de tous les vignerons du Beaujolais et du personnel de l’UVB, j’adresse mes sincères condoléances à sa famille et nos pensées les plus chaleureuses." Charles Bréchard, vice-président du Conseil général mais aussi vigneron, évoque une figure centrale : "Avec courage et dynamisme, il a su agrandir et moderniser son domaine avec une vision de la viticulture de demain. Nos différences nous enrichissaient et son implication dans la défense du monde viticole nous rapprochait, l’homme était incontournable."
Quant à Georges Pédat, longtemps président des Compagnons du Beaujolais, il brosse le portrait "d’un homme de combat et de conviction qui ne mâchait pas ses mots pour faire entendre sa voix et qui a participé activement à la pérennité du domaine qu’il exploitait en famille au Breuil". Avant d'ajouter : "Avec fierté, il avait voulu fêter les 500 ans du domaine en juillet 2012 et il avait invité l’Ordre des Compagnons du Beaujolais pour procéder à des intronisations avec un éloge particulier pour son principal importateur en Allemagne depuis toujours et mettre à l’honneur des membres de sa famille. Très porté sur l’international avec le concours de sa fille Gislaine, je me souviens du plaisir qu’il avait en évoquant ses activités en Chine".
Pour Frédéric Laffay, maire du Breuil, "le monde viticole a perdu une figure emblématique, un homme qui croyait en la viticulture, en son métier même pendant la crise. Quand certains arrachaient ou vendaient des vignes, lui en rachetait ou en plantait", illustre-t-il. "Le Breuil a perdu une personnalité, ses moustaches vont nous manquer. Personnellement, j'ai perdu un ami et mes pensées vont à sa famille." Rémi Mathelin, ami et négociant en vin, ne cache pas non plus sa tristesse. "Nous partagions les deux mêmes passions, la moto et le Beaujolais. Moi modeste négociant et lui vigneron, nos points de vues étaient parfois divergents. Mais qu’importe, Damien n’était pas homme à rompre une amitié pour si peu." C'est une évidence, Damien Dupeuble va beaucoup manquer au Beaujolais.

Julien Verchère avec Patrick Perche, correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?