Fermer la publicité

Cyclisme : Primoz Roglic sacré roi du Beaujolais

le - - Cyclisme

Cyclisme : Primoz Roglic sacré roi du Beaujolais
Franck CHAPOLARD

Le Slovène a remporté, ce mercredi à Chiroubles, une 4e étape de Paris-Nice qui a fait la part belle aux routes et paysages du Beaujolais.

Il fallait que ça soit lui. Attendu par tous les observateurs, craint de l'ensemble du peloton, Primoz Roglic a prouvé, ce mercredi sur les routes du Beaujolais, qu'il était bien le grand patron du cyclisme mondial. Mais surtout, en remportant la 4e étape de Paris-Nice disputée entre Chalon-sur-Saône et Chiroubles, le Slovène a pris sa revanche avec la France. Et oublié, un peu, son terrible échec de septembre, où il avait perdu le Tour d'un souffle, la faute à une défaillance dans la montée de la Planche des Belles filles.

Pourtant, on a longtemps cru qu'un outsider allait rafler la mise sur cette étape réservée aux puncheurs-grimpeurs. Au premier rang desquels Julien Bernard, le frenchy de la Trek Segafredo, devant pendant presque toute la journée. Avec ses compagnons d'échappée Anthony Perez, Fabien Doubey, José Joaquin Rojas, Oliver Naessen et Oscar Riesebeek, il a longtemps mené l'allure. Et, lorsque la meute s'est dangereusement rapprochée, le fils de l'ex-maillot jaune Jean-François Bernard a même tenté sa chance en solitaire, en attaquant en costaud lors de la deuxième ascension d'un mont Brouilly copieusement garni par un public ravi de pouvoir, enfin, apprécier un moment de sport.

Rejoint par Luis Leon Sanchez et Rémi Cavagna, victime d'un incident mécanique à 15 bornes du final, le Français a finalement dû baisser pavillon sur les sévères pentes de la montée finale vers Chiroubles. "J'avais coché cette étape pour baroudeurs dans ma tête, expliquait Julien Bernard à l'arrivée. On a bien roulé toute la journée. Et quand j'ai senti que ça revenait, j'ai essayé d'accélérer. Ensuite, l'effort jusqu'au pied de la bosse finale a été hyper dur. Je voulais pourtant en garder un peu pour cette dernière ascension. J'y croyais."

Roglic en patron, Schachmann résiste

Mais, lorsque Roglic s'est dressé sur ses pédales, à trois bornes de la ligne, le Français a compris que ça ne serait pas possible. Trop fort, trop puissant, le Slovène n'a laissé que des miettes. Même Maximilian Schachmann, le tenant du titre allemand, pourtant en grande forme, a dû se contenter de la place de dauphin. "Primoz a lancé son attaque à un bon moment, avouait le leader de la Bora. C'était très intelligent de sa part. Et moi, je n'avais pas la confiance pour suivre, même si je suis content de mes jambes aujourd'hui." Guillaume Martin, le Normand de la Cofidis, a lui aussi dû se contenter d'un accessit (3e à 12'').

En s'emparant également du maillot de leader (35'' d'avance sur Schachmann), le Slovène a même fait coup double à Chiroubles. "Ça a été une journée difficile aujourd'hui, reconnaissait tout de même Roglic quelques minutes après son triomphe. Je savais qu'il y avait une possibilité à quelques kilomètres de l'arrivée, alors je n'ai pas hésité et j'ai attaqué."

Objectif désormais pour le roi Primoz, conserver sa couronne jusqu'à Nice. Et ne surtout pas la perdre le dernier jour…

T.F.




Tony FONTENEAU
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer