AccueilVILLEFRANCHEA la uneCulture : les dossiers chauds

Culture : les dossiers chauds

Avez-vous été surpris des difficultés financières que rencontre actuellement le théâtre Pêle-Mêle ? "Je connaissais effectivement les problèmes financiers depuis quelques mois.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Avez-vous été surpris des difficultés financières que rencontre actuellement le théâtre Pêle-Mêle ?

"Je connaissais effectivement les problèmes financiers depuis quelques mois. Je n'ai donc pas été surpris. Ils sont dus à un problème de projets artistiques qui semblaient trop ambitieux par rapport à la capacité d'accueil du théâtre et peut-être aussi à une place de plus en plus importante donnée au professionnalisme des troupes engagées."

En tant qu'adjoint à la culture, que pouvez-vous faire ?

"Une municipalité peut aider à résoudre des problèmes financiers qui sont ponctuels. Une avance sur subvention a donc été votée, soit 6 000 euros, lors du dernier conseil municipal. Une subvention exceptionnelle peut être octroyée pour une action culturelle ponctuelle. Je sais par ailleurs que Bernard Perrut va attribuer une subvention de 1 000 euros au théâtre Pêle-Mêle au titre de la réserve parlementaire.
Je précise qu'en tant qu'adjoint à la culture, je n'ai pas à m'occuper de la programmation, ni à contrôler la gestion, même si la municipalité octroie une subvention. Par contre, je dois veiller à ce que l'argent public soit utilisé à des fins culturelles.Par ailleurs, je rappelle que le théâtre Pêle-Mêle était soutenu par la CAVIL. Il ne l'est plus."

Quels sont vos critères d'attribution à une structure culturelle ?

"La subvention est accordée par rapport à un bilan d'activités et des missions que l'on estime culturellement intéressantes parce qu'elles ont un impact social. En ce qui concerne le théâtre Pêle-Mêle, je me suis toujours intéressé à leurs projets qui brassent les populations, les professionnels et les amateurs. Je pense au spectacle "Génération femmes" notamment."

Bourse du travail : le projet qui fait polémique

L'annonce du projet de transformer la Bourse du travail en salle de spectacles a provoqué la colère du syndicat CGT, pourquoi avez-vous pris cette décision ?

"L'idée de déplacer les syndicats ailleurs émane de Jean-Jacques Pignard. Elle date de quinze ans. Le projet de labellisation de ville d'Art et d'histoire avait été soulevé également par l'ancien maire de Villefranche. Il se trouve que j'ai en charge le dossier de labellisation avec les Bâtiments de France et la DRAC. Cette labellisation a pour but, entre autres, de valoriser et de répertorier le patrimoine. Il nous a été rappelé que la Bourse du travail était un bâtiment historique. Sous les enduits se trouveraient des fresques de Borboni, spécialiste du trompe-œil. Il y a aussi la nécessité d'avoir une salle de spectacles supplémentaire d'environ deux cents places qui correspond aux besoins des associations culturelles et théâtrales. Elle devrait être équipée pour les concerts et des conférences. Dans la recherche des lieux potentiels dans cette ville et avant d'envisager une quelconque construction, il semble normal de répertorier les lieux susceptibles d'accueillir ce type de salle, d'où la somme de 50?000 euros pour envisager des études de faisabilité dans différents lieux et mettre à jour la réalité de ces fresques. Si éventuellement la Bourse du travail peut se prêter à ce que l'on souhaite faire, rien ne sera entrepris sans que les syndicats ne soient relogés."

Maison Vermorel : "Nous n'avons aucun budget pour cette maison"

Quid de la Maison Vermorel qui n'est toujours pas rénovée ?

"C'est un cadeau empoisonné?! La rénover coûte cher. Il y a beaucoup de contraintes, notamment en matière d'accessibilité et de sécurité si on veut accueillir du public."
C'est aussi une question de volonté politique…
"Pas seulement. Il faudra respecter la volonté des donateurs qui est d'orienter tous projets qui verraient le jour vers des thématiques industrielles, technologiques et culturelles. Mais pour l'instant, nous n'avons aucun budget pour cette maison."

Quelle est la marque "Guénichon" au niveau culturel ?

"J'ai initié la semaine littéraire. Je défends également l'accès à la culture pour tous, y compris pour le jeune public. Un Eté côté Saône* en est un bel exemple."

Propos recueillis par Laurence Chopart.


* Manifestation initiée par Jean-Jacques Pignard.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?