AccueilVILLEFRANCHEÇa bouge dans l'aggloCrazy pong : un "carton" made in Beaujolais

Crazy pong : un "carton" made in Beaujolais

Le concept de Philippe Ruet était simple : créer une variante du ping-pong qui le rende original et ludique.

VILLEFRANCHEÇa bouge dans l'agglo Publié le ,

Pour ça il a mis en place différentes tables, raquettes ou balles aux formes insolites. Une manière d’éviter la compétition et de promouvoir le jeu. Et jusque-là, le crazy pong marchait sous forme de prestation de service. "J’arrive sur les lieux à la demande d’un client, j’installe mes tables, je fais jouer les gens et puis je repars avec mes tables." Mais depuis quelques mois, et grâce à la réforme des rythmes scolaires, Philippe Ruet développe son activité vers le milieu scolaire. "Depuis la réforme, les mairies ont parfois du mal à trouver des animations pour occuper les élèves durant les temps d’activités périscolaires, je peux alors proposer de leurs louer les tables." Le crazy pong est social parce qu’il permet aux enfants d’être les uns avec les autres, il est sportif, pédagogique est peut être mis en place très facilement. Des qualités qui plaideront forcément en sa faveur pour s’introduire à l’école. Mais pour cela, Philippe Ruet doit aussi agrandir sa structure. De la dizaine de tables fabriquées à la main dans son garage, il attend aujourd’hui une livraison de 42?tables dans douze modèles différents. "En ce moment je vis une aventure passionnante, je découvre le monde de la création d’entreprise et même le monde de la finance." Et justement, pour financer son entreprise, il a lancé une demande de financement participatif sur internet. C’est pour lui une "alternative au prêt bancaire". En tout cas il croit à 100?% à son projet et ne compte pas s’arrêter maintenant. "A terme, le but est de s’agrandir dans d’autres départements, étant donné que toutes les écoles doivent trouver des activités." Quoi qu’il arrive, le crazy pong a prouvé qu’il plaisait et pour son créateur c’est déjà une victoire. Pour ce qui est de l’avenir, la balle est dans son camp.

Aurélien Sperandio
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?