AccueilVILLEFRANCHEÇa bouge dans l'aggloCoupe du monde : drapeaux, maquillage... La folie des Bleus au Cep Beaujolais

Coupe du monde : drapeaux, maquillage... La folie des Bleus au Cep Beaujolais

Durant la Coupe du monde, le Cep beaujolais, magasin spécialisé dans la fête et les déguisements, propose une multitude d'articles pour supporter les Bleus.
Coupe du monde : drapeaux, maquillage... La folie des Bleus au Cep Beaujolais
Arthur Blet - Les accessoires tricolores en tout genre s'arrachent à la veille de la finale.

VILLEFRANCHEÇa bouge dans l'agglo Publié le ,

"C'est de la folie", se réjouit Christophe Durand, gérant du Cep Beaujolais au 59 rue Pierre-Morin à Villefranche pour commenter l'engouement autour de l'équipe de France. "On a vraiment vu des supporters venir à partir des quarts de finale, puis pour les demis c'était encore mieux. On espère que ça va continuer ainsi pour la finale", expliquait-il au lendemain de la victoire des Bleus face aux Diables rouges.

Celui qui, mardi soir à 23 h, était encore sur son ordinateur pour commander des articles supplémentaires afin de faire face à la demande, sait que l'enthousiasme autour des Bleus n'a pas toujours été au beau fixe: "Les supporters attendaient depuis longtemps une équipe agréable et positive, c'est désormais le cas, cela joue dans l'engouement populaire."

Les commerçants jouent aussi le jeu

Côté rayon, "tout ce qui est tricolore, des drapeaux, au maquillage en passant par le textile marche bien", analyse-t-il. Cornes de brume et autres accessoires bruyants sont également très prisés ainsi que les artifices en tout genre allant même jusqu'au fumigène. Alors que le thème patriotique est l'emblème des supporters, les accessoires gaulois marchent également très bien.

"Les commerçants sont nombreux à décorer leurs boutiques, les pubs ont également joué le jeu", reconnaît Christophe Durand dont la clientèle est nombreuse. "C'est le côté populaire du football, on se sent quasiment tous concernés".

Avec les festivités du 14 juillet, la boutique ne risque pas de désemplir. "On s'attend à une explosion comme en 1998", conclut le gérant qui fermera samedi à 18 h 30.

Arthur BLET

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 janvier 2022

Journal du27 janvier 2022

Journal du 20 janvier 2022

Journal du20 janvier 2022

Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?