AccueilSPORTSFCVBCoupe de France : pour le FCVB, un piège à éviter avant de commencer à rêver

Coupe de France : pour le FCVB, un piège à éviter avant de commencer à rêver

A l'occasion du 5e tour de coupe de France, le Football Club Villefranche Beaujolais (FCVB) s'attend à une entrée en lice compliquée samedi soir sur le terrain de Vaulx-en-Velin (National 3).
Coupe de France : pour le FCVB, un piège à éviter avant de commencer à rêver
Franck CHAPOLARD / photo d'archives - Maxime Blanc et ses partenaires espèrent débuter une belle aventure à Vaulx-en-Velin.

SPORTSFCVB Publié le ,

Le FCVB s'apprête à écrire les premières lignes d'un chapitre coupe de France que tout le monde au club espère long et passionnant. Pensionnaires de National 1, les partenaires de Maxime Jasse effectuent leur entrée en lice dans la compétition à l'occasion du 5e tour ce week-end. Au menu, un court mais périlleux déplacement sur la pelouse de Vaulx-en-Velin, équipe évoluant en National 3 (coup d'envoi samedi à 20 h). Deux divisions d'écart sur le papier, mais certainement pas la garantie d'un résultat à 100 % favorable.

En conférence de presse, le coach Alain Pochat confiait ce vendredi une méfiance légitime. "En coupe de France, le petit a toujours envie de taper le gros. Et puis il y a pas mal de joueurs de Vaulx qui sont passés par Villefranche à un moment ou un autre. Il y aura un petit esprit de revanche", souligne le technicien caladois, qui s'attend à affronter "une équipe agressive dans le bon sens du terme, qui possède de très bons joueurs devant, des petits gabarits bon manieurs de ballon et dangereux dans les petits espaces". Pochat attend de ses joueurs sérieux et concentration pour ne pas tomber dans le piège tendu. "On a préparé ce match tout aussi sérieusement qu'un match de National 1. On n'y va pas la fleur au fusil !"

"QUELQUE CHOSE QUI BRILLE"

L'opportunité est belle de débuter une grande aventure en coupe de France. "Forcément, tout le monde le souhaite. Il existe des enjeux sur le plan de l'image; des finances. La coupe, c'est quelque chose qui brille. Mais entre vouloir et pouvoir le faire, ce n'est pas si évident. Sur un match, c'est toujours compliqué, avec des scénarios souvent renversants qui correspondent à l'esprit particulier de cette compétition", délivre Alain Pochat.

Chambly et Les Herbiers, deux clubs de National 1, sont allés très loin dans cette quête du Graal l'an dernier, respectivement jusqu'en demi-finale et finale. S'il ne sera pas sur le terrain samedi soir à Vaulx-en-Velin car blessé, Adrien Pagerie aura sans doute des choses à raconter à ses coéquipiers. Le défenseur du FCVB a joué la saison dernière la finale avec Les Herbiers face au PSG, dans la zone de terrain d'un certain Kylian M'Bappé. Ça fait des souvenirs et ça peut donner envie à tout un groupe.

LE VÉCU DE POCHAT

"Ceux qui ont déjà vécu des moments forts en coupe auront envie d'y goûter à nouveau et d'autres de le vivre au moins une fois dans leur carrière", résume le coach caladois qui, à titre personnel, s'est offert quelques belles aventures. Des victoires de prestige face à Bordeaux et Guingamp, clubs de Ligue 1. Un 32e de finale avec Bayonne face au grand OL des années 2000 ("perdu 2 à 1 à six minutes de la fin sur un coup-franc de... Juninho"), un 8e de finale au parc des Princes devant 35 000 spectateurs face au PSG avec Bayonne, un quart de finale avec Boulogne perdu de justesse face à Saint-Etienne ("suite à un coup-franc inexistant... on méritait de passer").

S'ils avaient besoin d'un guide pour ressentir ce qu'est l'esprit coupe de France, les joueurs caladois ont tiré le bon numéro ! Mais voilà, avant de penser à une hypothétique épopée, il y aura un, deux, trois ou quatre matchs à passer et autant de marches à franchir. Tout commence samedi soir à Vaulx-en-Velin.

Julien VERCHÈRE


Vaulx-en-Velin FC (N3) - FC Villefranche-Beaujolais (N1), stade Francisque-Jomard, samedi 13 octobre à 20 h.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?