AccueilSPORTSFootballCoupe de France : le FCVB avec du cœur !

Coupe de France : le FCVB avec du cœur !

Le FC Villefranche, tout en courage, a renversé Grenoble (1-0) ce samedi à Chouffet, glanant ainsi son ticket pour les 32èmes de finale de la coupe de France.
Coupe de France : le FCVB avec du cœur !
Franck CHAPOLARD - Auteur de l'unique but caladois, Serge Bando a transmis son émotion à tout un stade.

SPORTSFootball Publié le ,

Samedi 5 décembre. 8e tour de la coupe de France. Au stade Armand-Chouffet. Le FCVB bat Grenoble Foot 38 sur le score de 1-0. But de Bando (1re).
Composition du FCVB : Philippon – Linord, Antoinat, Sartre, Soudain – Ertel (Baud, 70e), Bulur (Bah, 70e), Atlan, Jasse, Dumas – Bando (Boudrandi, 78e). Entraîneurs : Landry Ndzana et Stéphane D'Urbano.

Leur ancien coéquipier Ertek, aujourd'hui à Vaulx, leur avait lancé ce message dans la semaine : "Vous pouvez le faire, les gars ! Grenoble est favori et alors ? Lâchez-vous". Et il faut croire que cette harangue avait été bien reçue par le vestiaire caladois pour la venue de Grenoble, leader de la poule de CFA. Car Villefranche n'avait qu'une infime chance de passer ce tour de coupe de France, face à un adversaire qui avait réussi à sortir de l'épreuve l'Olympique de Marseille de Bielsa la saison passée. Le FCVB de Landry Ndzana n'est lui pas tombé dans le panneau. Avec du cœur et beaucoup de détermination. Le tout s'est joué assez tôt. Sur une action, genre circuit préférentiel actuel, le meneur Dumas a décalé Atlan dans son couloir qui a instantanément servi Bando, juste après le coup d'envoi. 1-0. Et ensuite on tient. La façon de procéder des Caladois, défendre bas et piquer comme une guêpe en contres, a fonctionné à merveille.

Ndzana n'imite pas Bielsa

Il aura aussi fallu beaucoup de réussite, car les Isérois ont eu de rares cartouches pour égaliser : Bengriba (57e) de la tête mais surtout Focki qui perdit un duel crucial face à Philippon (84e) dans ce qui ressemblait à une ultime balle du doute pour Grenoble. Les dernières minutes furent une éternité. Boudrandi qui avait remplacé le héros du soir Bando fut trop court sur un centre d'Atlan (89e). La fin de ce duel haletant vit les Caladois profiter de cet "exploit" durant un court instant sur une pelouse qui pour une fois leur a porté bonheur. Ils joueront un 32e de finale de la coupe de France en janvier, peut-être face à une Ligue 1. Et pour eux, forcément, les fêtes de fin d'année seront forcément limitées. "Cette année, ça ne me dérange absolument pas !", glissa Antoinat auteur d'un match sans faute comme tous ses coéquipiers, un peu plus tard dans le vestiaire. L'aventure continue. Et c'est toujours un plaisir. Le plaisir éternel de la coupe de France.


Ralph NEPLAZ - Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?