AccueilACTUALITESContre le projet de loi santé : suite du mouvement le 5 janvier

Contre le projet de loi santé : suite du mouvement le 5 janvier

Questions à Sylvie Filley-Bernard, médecin anesthésiste à la Polyclinique du Beaujolais à Arnas, vice-présidente de la Conférence médicale d'établissement à la polyclinique du Beaujolais et présidente de la Conférence régionale des présidents de CME de l'hospitalisation privée en Rhône-Alpes.

ACTUALITES Publié le ,



Pourquoi souhaitez-vous le retrait de projet de loi de santé ?

"Il y a un risque d’assujettissement des médecins libéraux à la Sécurité sociale et aux mutuelles par le biais du tiers payant généralisé (TGP), où les médecins devront contrôler eux-mêmes leurs honoraires, ce qui entraînera une charge de travail administrative supplémentaire non rémunérée et d’efficacité aléatoire. Il pourrait y avoir un risque également de disparition de l’assurance maladie au profit des mutuelles et assurances privées. Ce projet de loi va entraîner une "étatisation de la médecine" et la fin de la liberté d’installation pour les médecins, avec tous pouvoirs donnés aux agences régionales de santé (ARS) qui organiseront le parcours de soins des patients selon un schéma défini à l’avance. Ce qui induit un risque de perte du libre choix de son médecin par le patient.
Ce sont les ARS qui définiront la répartition de l’offre de soin sur le territoire avec un risque de la fin de la liberté d’installation pour les médecins et pas de renouvellement des médecins dans les cliniques.
Enfin il y a le risque de perte du libre choix du médecin par les patients en raison de la disparition des missions de service public réalisées actuellement par les cliniques privées : fin de l’accueil des urgences, des patients traités pour des soins palliatifs…"

Qu'est que le CME ?

"Conférence médicale d’établissement est une association non syndicale qui regroupe l’ensemble des professionnels de santé d’un établissement et qui a pour mission principale de représenter les professionnels auprès de la direction de l’établissement ou des instances de tutelle (ARS)."

A partir de quand serez-vous en grève ?

"La Polyclinique du Beaujolais suit le préavis de grève lancé par les syndicats de médecins et la Fédération hospitalière privée à partir du 5 janvier 2015."

Comment va-t-elle se traduire ?

"Par un arrêt de toute activité chirurgicale programmée et de toute consultation médicale spécialisée à partir du 5 janvier. Les médecins urgentistes ainsi que les gynéco-obstétriciens accompagnent également ce mouvement de grève. Nous assurerons la continuité des soins pour les patients déjà hospitalisés ainsi que la prise en charge et le suivi des patients en cours de chimiothérapie durant ce mouvement de grève."
Le mouvement s'annonce-t-il fort à la Polyclinique du Beaujolais ?
"Il semble que 80 à 90 % des praticiens suivent ce préavis de grève."

Propos recueillis par Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?