AccueilVILLEFRANCHEA la une"Consolider Villefranche en tant que capitale du Beaujolais"

"Consolider Villefranche en tant que capitale du Beaujolais"

Le 12 mai 2012 était inauguré l'Espace des vins du Beaujolais.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Ce projet, mis en œuvre et financé en partie par l'Union des vignerons du Beaujolais (UVB), avait pour but de proposer une carte de lecture de la route des vins accessible à tous. Mais malgré la mine d'information proposée aux visiteurs et l'enomatic, sorte de bar à vin permettant de déguster les douze appellations du Beaujolais en libre-service, cet espace demeure encore trop peu connu du public.
Il s'agit pourtant d'une initiative à laquelle tout devrait sourire. Idéalement située - dans l'ancien Hôtel-Dieu, non loin de la mairie - cette salle est accessible au plus grand nombre. Mis en place dans une salle adjacente à l'office de tourisme, cet espace s'inscrit dans l'optique de découverte du territoire et de ses vins. "C’est une salle à vocation initiatique. On y trouve une présentation détaillée de chacun des crus, leur localisation sur une carte, leur caractère", confie Gilles Gouttenoire, responsable du service conseil à la commercialisation au sein de l’UVB. De quoi être incollable sur le sujet ! Et pour allier la pratique à la théorie, un enomatic est également à disposition. "C'est notre pièce maîtresse. Les douze AOC du Beaujolais y sont proposées. Leur conservation sous azote ainsi que leur renouvellement tous les quatre mois assurent une qualité de vin optimale." Pour en profiter, il faut acheter une carte prépayée à l’office de tourisme, l'insérer dans la machine et choisir entre les différents vins. "Chaque verre de 3 centilitres coûte 1 euro, ajoute-t-il. Il s’agit de dégustation, pas de consommation."

"Ce lieu doit être connu dans le Beaujolais"

L’objectif de cet espace n’est pas que pédagogique. "Cette initiative a vocation à consolider Villefranche en tant que capitale du Beaujolais, explique Nelly Noailly, directrice de l’Office de tourisme de Villefranche. Nous voulons faire connaître ce lieu dans et au-delà du Beaujolais." Les vins servis grâce à l’enomatic, qui proviennent de différents domaines du territoire, sont d’ailleurs disponibles à l’achat auprès de l’office de tourisme. De plus, des cours d’œnologie, animés par le sommelier Philippe Bachy, ont lieu tous les deux mois, au prix de 27 euros. "En 2013, nous avons vendu six cents bouteilles", rapporte-t-elle. Pas de quoi compenser les 100 000 euros investis, partagés entre l’UVB, l’Europe, la Région et le Département. "Nous ne cherchons pas à faire de bénéfices, prévient Gilles Gouttenoire. L’important est de rendre au Beaujolais la notoriété qu’il mérite." Voilà qui est dit !

Léo Roynette

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?