AccueilACTUALITESCollège Jacques Chirac : Le Département acte l'implantation à Limas

Collège Jacques Chirac : Le Département acte l'implantation à Limas

La décision, votée à l'unanimité lors du conseil départemental du 13 décembre, a suscité la colère des parents et enseignants du collège Maurice Utrillo ; présents lors de la séance, ils ont tenté d'interpeller les élus sur le sujet.
Les membres du collectif Des collèges qui respirent lors de la séance publique.
©Zoé Besle - Les membres du collectif Des collèges qui respirent lors de la séance publique.

ACTUALITES Publié le ,

Après la neige tombée la veille et une séance publique suspendue une quinzaine de minutes du fait d'une alerte incendie, les éléments semblaient déchainés à l'hôtel du Département. L'électricité était palpable dans les regards de la vingtaine de représentants du collectif Des Collèges qui respirent –parents d'élèves du collège Maurice Utrillo, mais aussi enseignants grévistes – qui attendaient, patiemment, que le sujet du futur collège Jacques Chirac soit abordé.

Sa localisation a officiellement été arrêtée en fin de séance publique : il est toujours prévu sur la même parcelle que le collège Maurice Utrillo à Limas, ce qui a suscité de vives réactions dans la salle. Les enseignants et les parents craignent des conditions d'apprentissage et d'enseignement calamiteuses, pour les professeurs comme les enfants, avec plus de 1 500 élèves sur une parcelle de 4,5 ha.

"Vous ne nous respectez pas"

Des collèges qui respirent souhaitait une suspension de séance pour pouvoir échanger avec les élus : cette dernière n'ayant pas été accordée, parents et enseignants ont tout de même tenter de prendre la parole depuis la tribune lorsque le sujet a été abordé par Daniel Valéro : le président du Département Christophe Guilloteau leur a rapidement rappelé qu'ils n'en avaient pas le droit.

"Vous ne nous répondez jamais", a crié une enseignante. "Projet irresponsable", a scandé une autre voix. "Pauvres élèves, ils n'auront plus de cour". "Vous ne nous respectez pas". L'urgence dans laquelle se trouve la collectivité, avec de nombreux nouveaux collégiens (600 par an) et des établissements déjà tous en sureffectif sur ce territoire, a été rappelé par le président du Département, soulignant qu'un terrain avait été recherché "dans tout le territoire de l'Agglo".

Les membres du collectif ont protesté, criant et applaudissant pour se faire entendre. Ils se sont également levés, brandissant leurs mains pour former la phrase "des collèges qui respirent". "Dire qu'il y'a des enseignants parmi vous, je vous plains", a asséné le président du département face à leur actions. "Vous pouvez, avec les conditions dans lesquelles nous allons bientôt travailler", a rétorqué une enseignante.

Si l'implantation définitive a été votée, les professeurs et parents d'élèves de Maurice Utrillo comptent bien poursuivre leur lutte. Avant la séance publique, ils avaient été reçus par le directeur général des services et le directeur adjoint en charge des collèges. "On nous a expliqué l'urgence de la situation que l'on comprend, mais pour nous, cela reste une mauvaise idée", pointe Delphine Soumireu, parent d'élève et membre de Des Collèges qui respirent.

Le collectif émet notamment l'idée de préfabriqués en attendant de trouver le terrain adéquat pour construire en dur. Il va prochainement demander une nouvelle rencontre avec le président du Département et élus, tout en se renseignant auprès de leur avocate pour si possible trouver de nouveaux recours juridiques contre le projet : "On reste mobilisés".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?