AccueilACTUALITESChristophe Laulan, nouveau commissaire de Villefranche : "Maintenir notre présence sur le terrain"

Christophe Laulan, nouveau commissaire de Villefranche : "Maintenir notre présence sur le terrain"

Suite au départ du commissaire Debeugny, parti diriger la nouvelle section Sud de Lyon, le commissariat de Villefranche-sur-Saône est désormais sous la houlette de Christophe Laulan (45 ans), installé officiellement le 4 mai. Interview.
Christophe Laulan, nouveau commissaire de Villefranche : "Maintenir notre présence sur le terrain"
© David DUVERNAY - Christophe Laulan a pris ses fonctions le 4 avril.

ACTUALITES Publié le ,

Quel a été votre parcours avant d'arriver à Villefranche-sur-Saône ?

"Je suis un "vieux" fonctionnaire de police, avec 22 ans d'expérience derrière moi. J'ai été officier de police pendant une quinzaine d'années et ensuite, par la valorisation des acquis professionnels, j'ai accédé au grade de commissaire en passant par la voie d'accès professionnelle en 2017. Après les 24 mois de scolarité, mon premier poste était en Saône- et-Loire, à Montceau-les-Mines, et mon deuxième poste à Saint-Priest. Et depuis le 4 avril, je suis le chef de service du commissariat de Villefranche."

Pourquoi avoir postulé à Villefranche justement ?

"C'est la prise de responsabilité. Je suis très attaché à la sécurité publique et j'espère y faire toute ma carrière. J'aime la prise de responsabilité et le commissariat de Villefranche-sur-Saône, en termes de gestion d'effectifs, d'intervention, de partenariat, qui a une densité plus importante que mes services précédents, m'a motivé dans ma candidature."

Moment solennel pour le nouveau commissaire de Villefranche-sur-Saône, lors de son installation officielle au commissariat mercredi 4 mai. © David DUVERNAY

"J'arrive dans un climat particulièrement favorable"

Quels sont vos objectifs ?

"J'avoue que j'arrive dans un climat particulièrement favorable. Mon prédécesseur a fait du très bon travail avec le commissariat de Villefranche. J'ai pu constater depuis un mois que les effectifs sont motivés et investis par leur travail. Je vais avoir à cœur d'apporter peut-être ma vision des choses. J'ai eu une expérience axée sur l'investigation et le judiciaire. On sait que la chaîne judiciaire en police nécessite une attention particulière. Mon objectif sera de servir le commissariat, d'apporter un plus sur ce que j'aurais pu observer, d'apporter aussi des réponses à certains questionnements, essoufflements et difficultés, et de maintenir ce qui a été mis en place. Il y a un excellent partenariat avec toutes les institutions périphériques aux forces de sécurité intérieure. Donc je veux maintenir ce partenariat."

Vous parlez d'effectif. De combien de personnes se constitue-t-il ?

"J'ai actuellement 115 effectifs sous mes ordres, tout compris – investigation et voie publique - et tous corps confondus. Je suis le seul commissaire. Il y a des officiers, du corps d'encadrement et d'application, du service administratif et du service technique. Il y a un équilibre dans tout ça qui est en place. Avec le principe des mobilités, forcément, des déséquilibres se créent. Toute l'équipe de direction doit être vigilante pour maintenir autant que possible l'équilibre entre les différentes unités et pour que le travail soit le plus efficace possible."

Avez-vous un axe prioritaire ?

"À ce stade, c'est compliqué à dire. Je suis encore dans la phase de constat, sur le fonctionnement du service et la découverte de la circonscription. Maintenant, il faut maintenir notre présence sur le terrain, maintenir et développer la résolution des problèmes par objectifs, avec la police du quotidien, intensifier notre présence sur la voie publique sur les secteurs les plus problématiques. En termes d'investigation, on a des stratégies globales de lutte contre la délinquance, que ce soit le trafic de stupéfiants, l'économie souterraine et la lutte contre les violences urbaines, même si Villefranche n'est pas la plus mal lotie dans ce domaine-là. Voilà toutes les thématiques pour lesquelles les stratégies sont mises en place et que je vais essayer de décliner localement."

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?