AccueilACTUALITESChristophe Blanc : "Produire local pour valoriser le territoire beaujolais"

Christophe Blanc : "Produire local pour valoriser le territoire beaujolais"

Le "made in Beaujolais" a le vent en poupe.

ACTUALITES Publié le ,

Il y a d'une part la marque déposée du même nom qui a vu le jour via la Chambre de commerce et d'industrie du Beaujolais dont peuvent bénéficier les entreprises industrielles ou de services implantées sur le Beaujolais. D'autre part on peut attribuer ce générique aux entreprises qui n'ont pas toujours pignon sur rue et qui veulent à la fois produire ici et "utiliser" le savoir-faire local. C'est en tout cas le constat que l'on fait après avoir rencontré plusieurs d'entre elles au fil des années.
Plus généralement fleurissent en France des labels qui garantissent une production locale tel que "Produit local" avec un cahier des charges très précis ou encore la Fabrique hexagonale, site d'information qui recense et valorise les entreprises qui fabriquent ou font fabriquer en France.
Force est de constater que les entreprises qui produisent localement mettent en avant plusieurs paramètres : les savoir-faire locaux, une bonne connaissance de leurs fournisseurs, des relations durables avec leurs clients. La qualité de vie n'est pas en reste non plus : on produit dans une ville moyenne, Villefranche qui offre de nombreux avantages et le Beaujolais est situé au cœur d'infrastructures routières où il fait bon vivre !
Dans son argumentaire, Christophe Blanc, chargé de l'animation du Cluster beaujolais au sein de la CCIB, met en avant le fait "que dans cette mondialisation, il faut se différencier et cette différenciation c'est l'appartenance et le développement d'activités au sein même d'un territoire". Produire localement permet de valoriser une spécialité d'un territoire. "Un des exemples les plus parlants c'est la filière textile à travers le tourisme (voir ci-contre), dit-il. A l'inverse, ce savoir-faire va valoriser le tourisme. Produire, fabriquer localement c'est aussi pérenniser des savoir-faire qui pourraient disparaître. L'aspect écologique n'est pas négligeable non plus", ajoute-t-il. Il peut traduire une bonne conduite du responsable d'entreprise s'il choisit par exemple les circuits courts. Certains clients y sont en tout cas attentifs.

Un argument de vente

Pour Christophe Blanc, produire ou fabriquer localement c'est aussi un argument de vente. "C'est un choix stratégique qui peut avoir une réalité économique et qualitative, expose-t-il. Mais il faut regarder secteur par secteur et c'est parfois complexe." L'animateur du cluster a fait le constat également que "dans le domaine du luxe, ce même argument est mis en avant puisque la France est aussi connue pour cela à l'étranger". De plus en plus, commerçants, artisans et entreprises disent aux clients : "Et en plus c'est fabriqué ici !". Ceci dit et selon Christophe Blanc, délocaliser une partie de la production à valeur ajoutée moindre a permis de garder des emplois en France. Il y a alors sans doute un compromis à trouver.

Laurence Chopart


* Cluster beaujolais : il vise à mettre en réseau les entreprises et les acteurs de l'excellence d'un même pôle d'activités pour renforcer la compétitivité des entreprises orientées sur ce marché. Le Cluster beaujolais compte actuellement soixante-cinq membres.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?