AccueilACTUALITESTerritoiresChâtillon-d'Azergues : les 52 fusillés commémorés

Châtillon-d'Azergues : les 52 fusillés commémorés

L'heure était au recueillement pour la cinquantaine de participants venus assister à cet hommage aux prisonniers abattus par les nazis le 19 juillet 1944.
Châtillon-d'Azergues : les 52 fusillés commémorés
©Denis Brudzynski - Une cinquantaine de personnes était présente pour commérer cet évènement funeste de la Seconde Guerre mondiale.

ACTUALITESTerritoires Publié le ,

Une commémoration empreinte de dignité et de recueillement s'est déroulée sur la commune le 19 juillet. Il y a près de 80 ans, 52 détenus étaient extraits de la prison lyonnaise de Montluc par les Allemands.

Ces prisonniers ont été conduits à Châtillon, au lieu-dit Chez Léger, en face du château Lassalle, et exécutés en bordure d’un sentier croisant l’actuelle route départementale 596. Il n’y a eu aucun témoin du massacre ; le lieu de l’exécution était éloigné d’environ 1 km de toutes habitations.

Deux témoignages clés pour comprendre l'Histoire

Un rapport de police du 16 janvier 1945 révèle également que des barrages avaient été organisés et les routes gardées afin de bloquer l'accès à ce lieu. Malgré tout, deux personnes ont assisté partiellement aux événements. La première d’entre elles, Antoine Seve, fut interrogée peu de temps après le massacre.

Sa déclaration fut rapportée le 7 août 1944 par un inspecteur de police : il se trouvait à quelque distance du lieu de l’exécution et a entendu entre 7 h 05 et 8 h trois rafales de mitraillettes suivies de coups par coups. Environ 20 minutes après, le même témoin a vu trois camions et deux voitures qui débouchaient du sentier prendre la direction de Lyon.

Ces véhicules étaient occupés par des Allemands en tenue et les voitures légères par des civils. Le témoin a donné toutes les précisions concernant notamment les tenues et uniformes de ces hommes. Ce témoignage important permet de déduire que les 52 prisonniers furent divisés en trois groupes et exécutés. La seconde personne, Marie-Louise Guillerme, propriétaire du café du Pont de Dorieux, situé à 1,5 km environ du lieu-dit Chez Léger, fut interrogée le 13 janvier 1945.

Son témoignage est très proche du premier témoin. Vers 7 h du matin, elle a entendu une violente fusillade : "Je ne suis pas sortie, pensant que les patriotes du maquis se battaient avec les Allemands. Cette fusillade ayant duré trois quarts d’heure environ, nous nous sommes rendus sur les lieux, nous avons aperçu alors, une cinquantaine de cadavres criblés de balles".

Le maire de Châtillon, alerté, s'était rendu sur place. Interrogé par la police le 12 janvier 1945, il a évoqué les différentes versions qu’il avait entendues. Le monument des 52 fusillés a alors été érigé à Châtillon-d’Azergues et inauguré le 7 octobre 1945. Il porte les noms des massacrés et l’inscription traduite en plusieurs langues "Ici le 19 juillet 1944 au matin 52 patriotes extraits des geôles de Montluc furent lâchement assassinés par les Allemands. Leur forfait accompli, ils partirent en chantant", peut-on-lire sur l'ouvrage. Dans les archives du Mémorial de l’Oppression, on trouve un article de presse publié semble-t-il en septembre 1944. Il apporte des détails complémentaires sur les circonstances du massacre, sans que l’on sache, malheureusement, quelles en sont les sources ni l’éventuelle part fictionnelle.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?