AccueilBEAUJOLAISPierres doréesChatillon-d'Azergues : Cécile Leveaux, du rythme de la ville au rythme des abeilles

Chatillon-d'Azergues : Cécile Leveaux, du rythme de la ville au rythme des abeilles

Dans le cadre de la 20e édition "De ferme en ferme", qui a eu lieu les 25 et 26 septembre, Cécile Leveaux a ouvert ses portes à la rédaction pour expliquer son cheminement professionnel et sa reconversion, du management à l'apiculture raisonnée. Rencontre.
Chatillon-d'Azergues : Cécile Leveaux, du rythme de la ville au rythme des abeilles
Denis BRUDZYNSKI - Tour savoir suer le miel et les abeilles

BEAUJOLAISPierres dorées Publié le ,

Cécile Leveaux, quel est votre parcours ?

Ingénieure de formation (UTC et Arts et métiers), j'ai été amenée à travailler au sein de grands groupes, tels GoodYear, L'Oreal ou encore France 24 Euronews. J'ai été responsable de production, directrice de projets informatiques, membre de l'équipe de lancement de la chaîne France 24 et directrice technique d'Euronews. Je suis également entrepreneuse, ayant fondé, en 2000, une société qui édite des softwares dans le domaine de la gestion de contenus audiovisuels et emploie 20 salariés. Elle a été revendue à une entité de France Telecom. Le point commun entre toutes ces expériences ? Le management d'équipes techniques plus ou moins importantes (jusqu'à 800 personnes), les nouvelles technologies et l'innovation.

Pourquoi et comment êtes-vous arrivée à l'apiculture ?

Comme beaucoup, parce que cela me fascine et parce que j'avais besoin de revenir à la nature. J'ai commencé par acquérir deux ruches en 2016. Puis, j'ai pris des cours et travaillé quelques jours par semaine chez des apiculteurs professionnels pendant trois ans pour gagner en compétence. Avoir des ruches est très compliqué... et j'adore comprendre les choses complexes ! Or, il faut ouvrir beaucoup de ruches pour comprendre. Travailler avec un professionnel permet d'avoir cette expérience.

En parallèle, j'ai étudié beaucoup d'articles scientifiques sur l'abeille. J'ai augmenté mes ruches petit à petit, afin d'être confrontée à une hétérogénéité des individus. L'année dernière, j'ai commencé à élever mes propres reines et vendre mon miel. Je pratique des méthodes validées en AB. Ma ferme est petite et compte le rester.

Comment distribuez-vous votre miel ?

En vente directe, grâce au bouche-à-oreille qui fonctionne énormément. Je suis présente sur trois marchés, il y a aussi un dépôt-vente à l'épicerie de Châtillon-d'Azergues.

Vers quelles fleurs les abeilles se dirigent-elles par chez vous ?

L'acacia, l'aubépine, le noisetier, les arbres fruitiers, le tilleul, le châtaignier, le pissenlit ou encore les fleurs de montagne. Mais aussi vers la renouee du Japon, ou encore le lierre...

Pratiquez-vous de la transhumance ?

Oui et ce, pour deux raisons. D'abord, cela me permet d'offrir à mes clients des miels typés comme la montagne et le châtaignier. Ensuite, cela permet à mes ruches d'être en présence de fleurs de mars à fin juillet, ce qui est impossible à faire en les laissant dans le Beaujolais. Avant de faire la transhumance, je n'avais pas réalisé ce dernier point. Bien sûr, il est important de ne pas trop transhumer les ruches, afin de ne pas les épuiser.

Vous avez mis au point un système innovant de suivi des ruches. Expliquez-nous...

Durant ces quatre années, j'ai mis en place un suivi détaillé de nos ruches, afin de minimiser la mortalité des abeilles. Aujourd'hui, le taux de mortalité est très faible. Pour aller plus loin dans la démarche, et partager avec d'autres apiculteurs, professionnels ou amateurs, j'ai créé une application de suivi des ruches en collaboration avec l'entreprise lyonnaise Peaks. Cette appli mobile permet d'enregistrer, par la voix, ce que l'on observe et fait sur les ruches. Cela permet de ne rien oublier, d'analyser, de comparer, partager et prédire certaines choses - par rapport à ce qu'il s'est passé sur d'autres ruches sur l'année en cours ou les années précédentes par exemple. Grâce à cet outil, l'apiculteur fait beaucoup moins d'erreurs et apprend beaucoup.

Nous cherchons d'ailleurs, pour la saison 2022, des apiculteurs amateurs et professionnels volontaires pour tester notre application.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?