AccueilLOISIRSCôté spectaclesVendanges musicales : Murray Head, un ado de 70 ans rempli d'espoir

Vendanges musicales : Murray Head, un ado de 70 ans rempli d'espoir

Si la générosité et la révolte caractérise l'adolescent alors on peut dire, sans fâcher l'artiste, que Murray Head est un ado de 70 ans.

LOISIRSCôté spectacles Publié le ,

De bientôt 70 ans. Il tient au "bientôt" !.. Comment ne pas être conquis par cet homme qui décroche son téléphone et répond avec une grande amabilité et dans un français parfait à une inconnue qui l’appelle. "On se rappelle mardi, là je ne suis pas dispo et après je garde mes petits enfants…" Alors, on a rappelé. Morceaux choisis.

Que pensez-vous de l’initiative de petits villages de faire venir des artistes de votre trempe ?

"C’est à encourager. Je vis dans un petit village et c’est la première fois de ma vie que je me trouve dans une atmosphère unique. On est loin des multinationales, on ne capitalise pas sur le nombre de billets vendus. Avant le tour de chant je me promène dans le village, je ressens la mentalité des gens et j’adapte mes chansons. Tout est au "feeling" chez moi. J’adore la France, sa qualité de vie, la France à la Pagnol. Je suis près à mourir ici."

C’est le titre "Say it ain’t so" qui vous a révélé dans le monde de la chanson. Pourquoi cette chanson ?

"Sans revenir sur toute l’histoire, les paris truqués avec Joey Jackson dans le monde du base ball, le Watergate avec Nixon, etc., je veux simplement dire que je ne comprends pas que l’on puisse continuer à supporter un homme (ou une femme) quand on sait que ce qu’il a fait n’est pas bien. C’est ce que je veux dire aux gens. Mais ma chanson va dans les deux sens. Je dis aussi pourquoi en est-il ainsi?? Dites-moi que la nature humaine n’est pas ainsi… On a du mal à accepter que notre héros nous déçoive…"

Vous chanterez en français ?

"Je veux que les gens comprennent ce que je dis. J’ai l’espoir qu’un jour les gens comprennent ce que je dis alors dans mon tour de chant j’explique en français. Je chante avec de plus en plus de force. A 70 ans je sais ce que je peux faire ou ne pas faire, je chante mieux. Je retrouve mes racines, le blues, je mélange mes chansons et celles des autres."

A 70 ans qu’attendez-vous de la vie ?

"Arriver à 71 ! Survivre ! Probablement que je ferai un nouvel album. Toujours au feeling, sans injonction d’une maison de disque… Ma génération n’a jamais fait de la musique pour l’argent. On chantait pour s’exprimer, exhumer ce qu’on a vécu. On écrivait la grande majorité de nos chansons. Quand j’écris c’est un peu une bouteille à la mer ; toute ma vie je me suis trouvé isolé comme si les gens me trouvaient un peu fou… Quand mes chansons sont bien accueillies et qu’à la fin d’un spectacle on vient me dire : "J’ai oublié mes soucis pendant un moment", je comprends que je ne suis pas complètement seul. C‘est presqu’une communion. C’est le plus grand compliment mondial. Je suis rassuré par le regard des autres."

Martine Blanchon, correspondante locale de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?