Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Cellier des Saint-Etienne : Boisset et Dubœuf en soutien

le - - Viticulture

Cellier des Saint-Etienne : Boisset et Dubœuf en soutien
(© DR)

Certains secteurs du Beaujolais font vraiment peine à voir, la faute à la crise viticole et aux arrachages de vignes qui l'accompagnent.

Difficile pour l’œnotourisme de dévoiler ces cicatrices aux visiteurs. Difficile aussi de ne pas se soucier d'un avenir social menacé. Si le constat est parfois sombre, il existe cependant des initiatives permettant de conserver les vignes dans des conditions viables. A ce titre, les négociants Boisset et Dubœuf se sont rapprochés de la cave du Cellier des Saint-Etienne pour créer fin 2013 une société baptisée BCD Développement. Nous avons rencontré Gérard Large, ancien président de la cave coopérative et tout nouveau gérant de cette structure destinée à l’achat de foncier viticole. Le Patriote : "Pourquoi avoir créé BCD Développement ?’’ Gérard Large : "C’est un projet ambitieux avec l'envie de démontrer que les vignerons qui adhèrent au Cellier des Saint-Etienne auront un avenir protégé". Le Cellier est-il seul dans cette démarche ? "Nous avons deux partenaires du négoce pour nous épauler, les Ets Boisset et Dubœuf. Mais le Cellier continue à travailler avec ses autres fidèles négociants." Pourquoi lancer cette innovation ? "La coopérative fait face à une déprise viticole, avec beaucoup de départs en retraite et malheureusement trop peu de jeunes viticulteurs pour reprendre ou s’installer. BCD s’est fixé pour mission de soutenir des installations au sein du cellier des Saint-Etienne et également de sécuriser pour le négoce un approvisionnement linéaire par millésime." Quelle surface sera achetée et quelle sera la répartition ? "Nous nous limitons à 100 hectares et nous voulons octroyer en fermage à chaque jeune exploitant une surface de 15 hectares. Actuellement, le Cellier exploite avec ses coopérateurs 415 hectares, une surface qu'il nous faut maintenir." Avez-vous uniquement pour but de maintenir des surfaces viticoles ? "Au-delà du foncier, nous mettons en place un programme d’investissement qui permettra de restructurer des parcelles pour une culture moderne, adaptée au marché, sous huit à dix ans." Achat de vin garanti Où se trouve l’intérêt du viticulteur dans ce projet ? "L’achat du vin sera garanti par un contrat passé avec nos partenaires du négoce, équitable et rentable tant pour les vins primeurs que pour ceux de garde. Ce qui aura pour effet direct de minimiser les amplitudes, néfastes à la rentabilité des exploitations. Le jeune viticulteur bénéficiera des installations de vinification performantes et les charges fixes seront d’un montant très supportable pour le coopérateur." Quelle est l’accueil de ce projet par les instances du foncier ? "La SAFER du Rhône sera consultée à chaque opération car nous ferons de l’investissement réfléchi. Nous voulons surtout assurer au maximum la pérennité des jeunes exploitants qui nous suivrons dans le projet. Avec cette particularité de réunir sous une seule et même entité les deux composantes principales du monde viticole, nous mettons toutes les chances de notre coté." Personnellement, quelle est votre motivation?? "Mon avenir est derrière moi. Depuis l’année 1972, j’ai vu disparaître vingt-six enseignes commerciales et des milliers d’hectares de vignes en acceptant la gérance de cette entité j’espère simplement amener ma région à envisager un futur meilleur pour nos jeunes viticulteurs. Le Beaujolais, premier producteur de gamay au monde, se doit maintenant d’entrer dans la mondialisation sans la subir."

 

Propos recueillis par Michel Lafont

Correspondant local de presse




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer