Fermer la publicité

Carte blanche aux étudiants : peut-on encore choisir un métier "plaisir" aujourd'hui ?

le - - Economie

Carte blanche aux étudiants : peut-on encore choisir un métier "plaisir" aujourd'hui ?

Le Patriote laisse la parole à ceux qui feront le Beaujolais de demain. Cette semaine, Florian s'exprime sur le thème : "Peut-on encore choisir un métier "plaisir" aujourd'hui ?"

"Parfois, j'ai l'impression que le système actuel nous met la pression pour nous mettre dans une case, même si celle-ci ne nous correspond pas forcément. Juste pour dire "C'est bon, j'ai un travail, j'ai réussi". Moi, je pense que oui, on peut encore choisir un métier par vocation aujourd'hui.

Pour ma part, j'ai un parcours assez atypique. Arrivé en 3e, je ne savais absolument pas quoi faire. J'ai donc décidé de suivre l'exemple de mon frère, en BTS viticulture-œnologie, en intégrant un bac pro peu connu : vigne et vin. Au début, je ne connaissais absolument pas le monde du vin, et c'est en le découvrant au fur et à mesure que c'est devenu une passion. Mon but était de voyager le plus possible, afin de découvrir les différentes méthodes de travail dans les vignobles et, surtout, découvrir des vins peu connus.

"Je me suis donné un défi : réussir sans les études"

Par la suite, j'ai choisi de m'orienter vers un BTS MUC (Management des unités commerciales) en alternance. Après quelques mois, j'ai décidé d'arrêter car cela ne me correspondait pas du tout. Je ne voulais pas finir vendeur en magasin ou manager d'une équipe. J'ai alors mis fin à mes études et je me suis donné un défi : découvrir le plus de domaines professionnels possibles pour trouver ma voie et réussir sans les études.

Comme pas mal de jeunes, j'ai donc fait de l'intérim. Et c'est ainsi que, de fil en aiguille, je suis devenu chargé d'études en développement de la fibre optique. Une expérience enrichissante. Pour les gens, c'était comme si j'étais ingénieur. La réaction typique était "Ça doit être compliqué et technique ce que tu fais". Finalement pas tant que ça quand on y met du sien. Mais les mois ont passé et, encore une fois, j'ai réfléchi. Quand il n'y aura plus de fibre à déployer, que vais-je faire ?

Après réflexion, j'ai voulu retourner dans le monde du vin, plus particulièrement dans le commerce. Le vin étant une passion, j'étais persuadé de pouvoir réussir sans diplôme. Hélas, après plusieurs entretiens, j'ai compris que ça allait être compliqué...

"Le transport, un secteur d'avenir"

Après un retour à la case intérim, mon père m'a conseillé de reprendre les études. Après presque deux ans sans avoir mis un pied à l'école, ce fut dur d'accepter que je n'aurais sûrement pas d'autre choix. Ça voulait surtout dire que j'avais échoué dans mon objectif premier, qui était de réussir sans les études. Mais je me suis fait à l'idée. Aujourd'hui, toujours sur les conseils de mon père, je suis en BTS GTLA (Gestion des transports et logistique associée).

Le transport n'a pas été aussi durement touché que d'autres domaines par la crise économique et sanitaire. Et puis, c'est un secteur d'avenir. Je suis en alternance chez Trafilog, à Ecully, et je m'y plais beaucoup. Même si à la base, le milieu du transport n'était pas ma vocation et que je l'ai choisi pour sa sécurité et ses débouchés, je peux dire qu'aujourd'hui, c'est un plaisir d'y être.

Selon moi, on peut encore choisir un métier plaisir aujourd'hui. Chacun fait ses propres expériences et, même s'il y a des échecs, si on se donne les moyens de réussir, on finit toujours par trouver sa voie, par vocation ou non."

Florian Deturck, 21 ans, étudiant en première année de BTS GTLA (Gestion des transports et logistique associée) à la Business school sur le campus Martelet




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer