Fermer la publicité

Carte blanche aux étudiants : adieu "métro, boulot, dodo", bonjour télétravail

le - - Economie

Carte blanche aux étudiants : adieu "métro, boulot, dodo", bonjour télétravail

Le Patriote laisse la parole à ceux qui feront le Beaujolais de demain. Cette semaine, Margot s'exprime sur le thème "Adieu "métro, boulot, dodo", bonjour télétravail".

"Le télétravail concerne de plus en plus de salariés mais aussi les étudiants. Mon avis sur ce sujet est assez mitigé.

Je pense que le télétravail a ses avantages, ses inconvénients et ses limites. Ne pas avoir de bus, de métro ou de tramway bondé à prendre, ni d'embouteillages à supporter limite le stress et la fatigue. Il y a aussi une baisse de coûts : pas de carburant à payer, pas de péage, pas d'abonnement de transports en commun…

La flexibilité des horaires qu'apporte le télétravail est l'une des choses les plus intéressantes, car elle permet de consacrer plus de temps à sa vie privée. Cette flexibilité peut conduire à se sentir plus libre, à se détendre et, donc, à travailler dans de meilleures conditions.

"Un enchevêtrement entre vie professionnelle et vie personnelle"

Mais pour certaines personnes au contraire, il peut y avoir une réelle difficulté à se fixer des limites. Avec, dans ce cas, un risque que le travail prenne de plus en plus de place. Lorsque nous quittons le bureau ou la salle de classe, nous laissons concrètement le travail derrière nous, alors qu'en travaillant à la maison, il est toujours présent. Aucune coupure n'est faite.

Selon moi, une des problématiques liées au télétravail est l'enchevêtrement entre vie professionnelle et vie personnelle. Vouloir gérer les deux en même temps me semble incompatible. Lancer des machines, faire le ménage entre deux dossiers par exemple, c'est compliqué. Cela ne permet pas d'être impliqué à 100 %. Si on ajoute le matériel informatique qui fonctionne mal ou une connexion internet qui rame, cela peut vite être décourageant.

"Une évolution dramatique d'un point de vue local"

Plus grave encore, un sentiment de solitude, un manque de confiance ou une perte d'intérêt risquent de faire leur apparition. Pour moi, aller au travail me permet de me libérer l'esprit. Ressentir l'énergie de l'entreprise et de mes collègues est une source de motivation. Lorsque l'on rencontre un problème, échanger avec les autres aide à le résoudre. Lors des pauses avec les collègues, on peut souffler et on repart du bon pied !

Et il ne faut pas oublier l'employeur. Si le télétravail s'installe de plus en plus dans les entreprises, il n'est pas possible pour tous les secteurs d'activités. De plus, l'employeur peut craindre que cela vienne dégrader la dynamique d'équipe, avec une communication moins présente, une culture d'entreprise affectée et des salariés moins impliqués. D'un point de vue local, cette évolution du travail me paraît dramatique : l'employeur ne tient plus compte de la proximité géographique de ses recrues…

En conclusion, pour moi, le télétravail c'est bien mais à petite dose."

Margot Grataloup, 19 ans, étudiante en première année de BTS GPME (Gestion de la PME) à la business school au campus du Martelet.




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer