AccueilACTUALITESCafés, bars et restaurants : encore un mois à patienter pour connaître une date d'ouverture

Cafés, bars et restaurants : encore un mois à patienter pour connaître une date d'ouverture

Les cafés restaurants sont fermés depuis le 14 mars. Les restaurateurs et leurs salariés sont impatients de pouvoir à nouveau accueillir les clients. En attendant, la vente à emporter constitue une solution pour maintenir de l'activité et des relations avec les consommateurs.
Cafés, bars et restaurants : encore un mois à patienter pour connaître une date d'ouverture
Laurence CHOPART - Olivier Guarisco, gérant du restaurant Premier acte à Villefranche propose de la vente à emporter.

ACTUALITES Publié le ,

Il faudra être patients. En effet, si tous les commerces peuvent rouvrir le 11 mai, il n'en sera pas de même pour les bars, cafés et restaurants. Il faudra attendre fin mai pour savoir s'ils auront la possibilité d'ouvrir ou non après le 2 juin.

Guillemette Fessy, gérante du bar-restaurant le B35 à Villefranche a hâte de connaître cette date. "C'est dur de se projeter, on ne sait pas comment cela va se passer." Sauf pour les consignes. Il y aura obligation entre autres à respecter les espaces entre les tables, soit un mètre. Ce qui ne sera pas sans conséquence. "Si on réduit notre surface de travail, on ne fera pas le même chiffre que d'habitude." En temps normal, l'établissement enregistre 35 à 40 couverts le midi (un peu plus l'été). La gérante peut bénéficier du fonds de solidarité (1500 euros) et a fait une demande de prêt garanti par l'Etat "au moins pour payer les charges fixes au cas où cela dure. Mon propriétaire m'a offert mon loyer du mois d'avril et j'avais un peu de trésorerie." Tout ceci va l'aider à "tenir".

PREMIER ACTE A VILLEFRANCHE : DE LA VENTE A EMPORTER

En attendant la réouverture, à chacun sa méthode : Olivier Guarisco, chef gérant du restaurant Premier acte à Villefranche propose des plats emporter tous les vendredis et samedi soir, les mardis et jeudi midi "pour le peu de gens qui continuent à travailler en centre-ville", ou tout simplement pour les personnes qui veulent faire un break dans leur tâche quotidienne de cuisinier. "Pour nous, c'était important de continuer à travailler pour entre autres fidéliser notre clientèle, nous a-t-il confié. Cela nous aide en partie à payer nos charges fixes." Il attend avec impatience le 11 mai pour booster l'activité de vente à emporter. Et en ce concerne les consignes : "On s'y pliera, ce que l'on veut c'est rouvrir".

LE BUFFET DE LA GARE A BELLEVILLE : "NOUS AVONS EU BEAUCOUP DE REMERCIEMENTS"

Même démarche pour Romain Lay, gérant du restaurant Le Buffet de la gare à Belleville-en-Beaujolais : il s'est lancé, lui aussi et avec son associé ans dans la vente à emporter trois midis par semaine et le samedi soir.

"Nous voulons maintenir la société en bonne situation financière et que cela puisse nous amener jusqu'à la fin du confinement. L'objectif aussi est d'assurer une présence pour nos clients habitués et ceux qui ne nous connaissaient pas. Nous avons eu beaucoup de messages de remerciement pour avoir maintenu ce lien." Concernant les aides, il juge la situation compliquée : "Cela fait un mois et demi qu'on est confiné et les annonces concernant les aides sont encore trop floues. Un jour on a le droit à quelque chose, le lendemain nous n'y avons plus droit."

Habituellement, l'établissement totalise 70 à 80 couverts le midi et "ça fonctionne bien aussi les deux soirs d'ouverture". Le gérant a plutôt hâte de retrouver cette vitesse de croisière.

Laurence CHOPART

.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?