AccueilACTUALITESBus scolaires : "Il ne faut pas qu'un chauffeur tombe malade…"

Bus scolaires : "Il ne faut pas qu'un chauffeur tombe malade…"

C'est l'un des autres gros points noirs de cette rentrée : il manque des chauffeurs de bus pour assurer pleinement les services de ramassage scolaire. En Beaujolais, on bricole, en attendant des solutions.
En Auvergne-Rhône-Alpes, 1 000 postes de chauffeurs dans les transports scolaires sont à pourvoir.
©Autocar Vallée d'Azergues - En Auvergne-Rhône-Alpes, 1 000 postes de chauffeurs dans les transports scolaires sont à pourvoir.

ACTUALITES Publié le ,

8 000 postes à pourvoir en France. Près de 1 000 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Aucun doute, s'il y a bien un secteur qui recrute et peine à trouver du monde, c'est celui des transports scolaires. Une profession qui a déjà subi de plein fouet les protocoles Covid, occasionnant de nombreux désagréments ces derniers mois sur les lignes scolaires et l'exaspération de parents d'élèves qui peuvent craindre, une fois encore, de ne pas voir leurs enfants acheminés en temps et en heure vers leurs établissements.

Deux postes manquants pour tourner sereinement

En Beaujolais, la tension est également palpable. C'est le cas pour la compagnie des Autocars vallée d'Azergues, qui fournit une quinzaine de lignes scolaires différentes sur les communes de Monsols, Amplepuis, Lamure-sur-Azergues, Claveisolles, Tarare, Le Bois-d'Oingt, Châtillon d'Azergues ou encore Villefranche-sur-Saône. Pour l'heure, chacune des lignes est pourvue. Mais c'est en flux tendu. "Même les personnels de bureau prendront le volant pour la rentrée, nous avoue Stéphane Martin, PDG associé de la société. Je ne dis pas qu'habituellement on ne conduit pas. Sur six personnels de bureau, on est toujours trois ou quatre à conduire."

Problème, l'entreprise a habituellement deux personnes en plus pour amortir. Ce ne sera pas le cas pour cette rentrée. "Il ne faudra pas que quelqu'un tombe malade. On espère qu'il n'y aura pas de défaillances d'ici-là." Chez les Autocars Maisonneuve, basés à Belleville-en-Beaujolais, le nécessaire aurait été également fait, selon Jacky Ménichon, président de la Communauté de communes Saône Beaujolais. Malgré plusieurs tentatives, nous ne sommes pas parvenus à joindre l'entreprise.

Côté recrutement, pourtant, les Autocars Vallée d'Azergues présentent une balance positive. Cinq personnes sont arrivées depuis le mois de septembre dernier contre trois départs. "Mais depuis le mois d'avril, on n'a eu aucune candidature", regrette Stéphane Martin. Le dirigeant ne met d'ailleurs pas d'annonce pour éviter de siphonner la concurrence. "On est tous dans le même cas et ça s'étend à plein d'autres secteurs", reconnaît-il.

Une réorganisation pour assurer le service

De son côté, la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) est montée au créneau en juin pour faire entendre les inquiétudes du secteur. Un appel entendu par le ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune, en juillet. Une rencontre en a découlé le 24 août pour faire un bilan sur les solutions trouvées. On compte parmi celles-ci la mobilisation de l'ensemble des salariés titulaires du permis D et à jour de formation, la réaffectation de conducteurs dédiés habituellement à d'autres activités et la réorganisation des circuits de la part des Régions.

"On pourrait peut-être réutiliser les moyens de transport d'un établissement à un autre, soumet Stéphane Martin. Il faudrait essayer d'harmoniser les horaires des établissements scolaires qui ont une proximité." Le souhait d'abaisser à 18 ans l'âge minimum pour passer le permis D – 24 ans aujourd'hui – est également avancé.

La profession "devrait pouvoir conduire la très grande majorité des élèves vers leurs établissements scolaires" selon la FNTV. Dans l'Académie de Lyon, le recteur Olivier Dugrip a assuré hier, lors d'une conférence de presse de rentrée, qu'il "n'y a pas de rupture dans les circuits qui devraient pouvoir tous être assurés". Ce dernier conclut néanmoins en expliquant qu'il y aura "peut-être des lignes allongées et certains points de collecte supprimés".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 06 octobre 2022

Journal du06 octobre 2022

Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?