AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeBelleville : la salariée de la crèche nie les violences, le procureur réclame une lourde sanction

Belleville : la salariée de la crèche nie les violences, le procureur réclame une lourde sanction

Cette auxiliaire puéricultrice de 46 ans comparaissait vendredi matin devant le tribunal de Villefranche pour des faits présumés de "violences sur mineurs de moins de quinze ans sans incapacité".
Belleville : la salariée de la crèche nie les violences, le procureur réclame une lourde sanction

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Une salariée du centre social de Belleville, âgée de 45 ans, devait répondre vendredi 27 janvier devant le tribunal correctionnel de Villefranche de "violences sur mineurs de moins de quinze ans sans incapacité".

A la barre, la prévenue a nié l'ensemble des faits reprochés. Quatre de ses collègues ont été invitées à témoigner par la justice. Certains parents, présents à l'audience, souhaitent se porter partie civile.

Lors de ses réquisitions, le ministère public a demandé une peine de 4 mois de prison avec sursis et surtout une interdiction d'exercer une activité professionnelle ou bénévole en contact avec des mineurs pendant une durée de 10 ans.

DECISION LE 10 FEVRIER

Sept très jeunes enfants, âgés de 6 mois à 3 ans, figurent parmi les potentielles victimes. Les faits présumés remontent à une période comprise entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2015. Le centre social de Belleville s'est lui aussi porté partie civile.

Quatre collègues avaient fini par dénoncer des agissements déplacés à leur direction. L'avocat du centre social, Me Yann Bougenaux, évoque des insultes ("tu es moche, je ne t’aime pas et je ne t’ai jamais aimé", "sale race", "tête de con, tu pues la merde"), des privations de repas pour les enfants les plus lents à manger, des plaquages d'enfants au sol, ou encore l'isolement d'enfants jugés turbulents dans le noir.

Le tribunal estimera-t-il que ces agissements présumés méritent une condamnation pénale ? C'est tout l'enjeu de la décision qui sera rendu le 10 février 2017, date du délibéré.

Julien VERCHERE et Laurence CHOPART

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?