AccueilVAL DE SAONERégion de BellevilleBelleville-en-Beaujolais : une balade chorégraphique au lycée Bel-Air

Belleville-en-Beaujolais : une balade chorégraphique au lycée Bel-Air

La Maison de la danse a proposé cette année à Christelle Gonnet, enseignante en éducation socio-culturelle au lycée Bel-Air, une résidence artistique avec une compagnie de danse contemporaine installée à Lyon.
Une déambulation au ballon.
© Viviane GOBERT - Une déambulation au ballon.

VAL DE SAONERégion de Belleville Publié le ,

L'objectif était de sensibiliser les 20 élèves de la classe de terminale Bac pro conseil vente en produits alimentaires, à la danse contemporaine, mais aussi de les intégrer totalement au processus de création artistique. Les élèves étant force de proposition tout au long de ce projet qui a pu voir le jour grâce au financement de la fondation Diagonale, de la Drac, de la Maison de la danse et du lycée.

Il prenait un peu la forme d'une résidence d'artistes puisque les membres du collectif étaient hébergés toute la semaine au lycée et pouvaient donc échanger avec d'autres élèves, notamment ceux de l'internat. Les élèves auront d’ailleurs l'occasion et la chance de voir sur scène les artistes avec lesquels ils ont travaillé puisqu’ils verront leur spectacle Fiasco, vendredi 24 février à la Maison de la danse.

Un large public de lycéens a assisté à la performance © Viviane GOBERT

Depuis 2011, les artistes lyonnais du Collectif ÈS développent une danse qui expérimente le collectif comme processus de création, investissant des espaces où les corps communiquent et transpirent du plaisir d’être ensemble.

Pour leur nouvelle création Fiasco, les trois chorégraphes du collectif, Sidonie Duret, Jérémy Martinez et Émilie Szikora s’unissent à cinq interprètes et se lancent un défi inédit : sonder le désaccord comme moteur de création.

Ils puisent leur inspiration au cœur du mouvement punk avec sa musique, mais aussi son idéologie, celle de la contestation d’un ordre établi, de la liberté individuelle et de l’anarchie.

Politique, énergie et humour grinçant

En travaillant une matière sonore qui utilise la symbolique contradictoire d’hymnes nationaux comme La Marseillaise et God Save The Queen, que les Sex Pistols ont transformé en un tube punk, les sept danseurs cherchent un langage commun autour d’actions dissonantes.

Ils éprouvent le consensus comme symbole de démocratie et créent de nouveaux hymnes et de nouvelles chorégraphies. Alliant politique, énergie et humour grinçant, Fiasco questionne ce qui échoue à nous relier et qui entrave l’humanité dans ses dialogues pour inventer un nouvel accord !

L'équipe de chorégraphes © Viviane GOBERT

La restitution envisagée au lycée était une déambulation chorégraphique sonore en fin du séjour artistique, vendredi 13 janvier, à laquelle ont pu aussi participer d'autres classes de l'établissement. Étaient également présents des représentants de la Maison de la danse et de la Communauté de communes Saône Beaujolais (CCSB) car il est envisagé l'année prochaine de donner plus d'envergure au projet.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?