AccueilACTUALITESEconomieBeaujolais Val de Saône : après la manifestation, que vont faire les ambulanciers ?

Beaujolais Val de Saône : après la manifestation, que vont faire les ambulanciers ?

Ils réfléchissent, notamment à l'idée de former un GIE (Groupement d'intérêt économique) pour répondre à l'appel d'offres.
Beaujolais Val de Saône : après la manifestation, que vont faire les ambulanciers ?

ACTUALITESEconomie Publié le ,

Après la manifestation de Villefranche, qui et selon les organisateurs, côté mobilisation a été satisfaisante (une quarantaine d'ambulances et six taxis), les ambulanciers vont sans doute se réunir pour former un GIE (Groupement d'intérêt économique) "et ceci pour pouvoir répondre à l'appel d'offres, nous a confié Frédéric Poulard, co-gérant de Taxi ambulance Roche à Quincié-en-Beaujolais. L'hôpital a à son actif un volume important de transports, sans se réunir dans un GIE, cela va être compliqué. Nous attendons que l'appel d'offres soit publié afin de l'étudier en ce qui concerne la charge de travail indiquée dans ce contrat ainsi que les modalités."

De son côté, l'hôpital, avait souligné que les suites du dossier devraient amener la direction à publier un nouvel appel d'offres d'ici la fin de l'année, pour permettre de consulter l'ensemble des acteurs locaux du transport sanitaire. Le début du contrat sera opérationnel début février.

Les ambulanciers et taxis protestent contre l'article 80 de la réforme de la sécurité sociale établi par le Ministère de la santé. Celui-ci spécifie que les transports sanitaires inter-hospitaliers seront financés non plus par la Sécurité sociale, mais par les établissements de soins (hôpitaux et cliniques).

Les ambulanciers dénoncent "les effets pervers de cet article qui sous le couvert d'économies non avérées ne fait que conforter les grands groupes financiers qui investissent dans le secteur de l'ambulance au détriment de petites structures locales, souvent rurales , proches de leurs patients et protégeant les contribuables que nous sommes", expliquaient Frédéric Poulard, et Damien Desplace, co-gérant des ambulances Jugnet à Belleville en amont de la manifestation du 15 octobre.

Laurence CHOPART

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 janvier 2022

Journal du20 janvier 2022

Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 30 décembre 2021

Journal du30 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?