AccueilACTUALITESViticultureBeaujolais : un rendement fixé à 54 hl/ha pour trois crus

Beaujolais : un rendement fixé à 54 hl/ha pour trois crus

Les crus brouilly, côte-de-brouilly et moulin-à-vent ont fait ce choix, en s'appuyant sur l'outil de gestion VCI.
Les crus brouilly et côte-de-brouilly.
©David Duvernay - Les crus brouilly et côte-de-brouilly.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Pour cette récolte 2022, trois des dix crus du Beaujolais, en l'occurrence brouilly, côte-de-brouilly et moulin-à-vent ont décidé de revoir une de leurs conditions de production. Il s'agit du rendement annuel, fixé chaque année par les appellations au sein des ODG. Tandis que les sept autres crus conservent un rendement à 56 hl/ha, les conseils d'administration de Terre des Brouilly - qui regroupe brouilly et côte-de-brouilly – et moulin-à-vent ont opté en juillet dernier pour un rendement à 54 hl/ha. Cette décision a été présentée lors du dernier conseil d'administration de l'ODG des crus, validée par le Comité régional de l'Inao. Et sauf surprise, il sera approuvé par l'Inao en septembre prochain.

Sur fond de VCI

Ce choix des trois crus du Beaujolais a notamment été guidé par le Volume complémentaire individuel (VCI), dont la mise en place avait été demandée par les deux ODG du Beaujolais et validée en 2021. Dans un guide élaboré pour les opérateurs du vignoble, David Ratignier et Jean-Marc Lafont, respectivement présidents des ODG beaujolais – beaujolais-villages et des crus, rappellent que le VCI est "un outil de gestion des récoltes au sein de notre domaine et des nos appellations. Le VCI nous permet de gérer davantage notre récolte sur plusieurs millésimes afin de stocker pour améliorer qualitativement ou quantitativement nos vins Nous avons tous en tête un millésime généreux et qualitatif dont le surplus nous aurait aidé à traverser une année climatique plus difficile". Les deux responsables font sans doute référence au millésime 2018, dotée d'une récolte de qualité et surtout plus généreuse que les années antérieures ou suivantes.

Pour Bruno Pin, le président du cru moulin-à-vent, cette décision de passer à un rendement à 54 hl/ha a fait l'objet d'un long débat entre les membres du conseil d'administration du cru. "Sur le principe, tout le monde était d'accord. Certains voulaient même aller plus bas car ces dernières années, au sein de notre appellation, nous n'avons jamais atteint le rendement à cause des aléas climatiques notamment."

"Pas une baisse de rendement"

À l'annonce de ce changement de rendement, quelques opérateurs des crus concernés se sont interrogés sur cette décision, estimant qu'elle peut entraver à la commercialisation des vins et donc au revenu des producteurs, dans un contexte où le Beaujolais manque de vins pour répondre à une demande croissante. "Nous n'interdisons pas les vignerons à produire plus de vin car avec le VCI, ils peuvent produire jusqu'à 61 hl/ha (rendement butoir), soit 54 hl/ha + 7 hl/ha de réserve qui vont être bloqués pour l'année suivante si besoin, répond Bruno Pin. Cette décision ne doit pas être interprété comme une baisse de rendement. N'oublions pas d'ailleurs que, récemment, nous étions encore à 52 hl/ha. Et puis un cru comme le nôtre, on produit des vins de garde. Donc sauf pour les producteurs qui travaillent avec des négociants, il est rare qu'un vigneron commercialise tous ses vins les mois suivants."

À moulin-à-vent toujours, des opérateurs proches de la retraite se sont aussi questionnés sur l'utilité d'un tel outil. "Ils estiment qu'ils ne pourront pas en bénéficier de toute façon", ajoute Bruno Pin qui s'attend à d'autres remarques dans les jours à venir. Je pense qu'il est important de bien communiquer sur ce système VCI et les opérateurs comprendront son utilité et notre décision."

Pour Jean-Marc Laffont, président de l'ODG des crus du Beaujolais, le VCI est un outil de gestion des volumes "qui permet de prévenir les déséquilibres entre offre et demande. Le yoyo des prix a été une problématique pénalisante pour notre vignoble. Si on veut une valorisation, il faut stabiliser nos marchés. Plus généralement, il faut que les viticulteurs et les appellations se réapproprient la gestion de leur volume. Sur cette question des rendements, les autres crus ont décidé de ne pas aller plus loin en restant à 56 hl/ha. C'est leur choix. De toute façon, je ne voulais pas de décision unilatérale de l'ODG des crus sur ce sujet..."

Le VCI, c'est quoi ?

Le VCI est un volume de vin produit au-delà du rendement annuel de l'appellation et dans la limite du rendement butoir, afin d'alimenter une réserve individuelle et de pouvoir la mobiliser ultérieurement, en cas de récolte déficiente sur le plan quantitatif et qualitatif. Comme le rappelle Jean-Marc Lafont, le VCI joue un rôle complémentaire d'assurance récolte car les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en AOC si le rendement de l'exploitation est inférieur au rendement autorisés et d'assurance qualité. Au niveau d'une appellation, le VCI ne pèse pas sur les stocks car il ne peut être utilisé que dans la limite du rendement autorisé annuellement.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

Journal du 01 septembre 2022

Journal du01 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?