AccueilACTUALITESViticultureBeaujolais : quelle reconversion après l'arrachage des vignes ?

Beaujolais : quelle reconversion après l'arrachage des vignes ?

Le Beaujolais est soumis depuis environ dix ans à une crise viticole qui est passée par différentes phases dont celle de l'arrachage de parcelles de vignes.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Selon l'observatoire du pôle viticole de la Chambre d'agriculture du Rhône et entre 2004 et 2012, le Beaujolais a perdu 21?% des surfaces viticoles, soit 4 826 hectares. La superficie totale du vignoble s'élève donc début 2013 à 18?200 hectares. "Mais aujourd'hui l'arrachage des vignes diminue fortement," indique Pascal Hardy, responsable du pôle viticole à la Chambre d'agriculture du Rhône dont une antenne se situe à Villefranche. "Aucune aide financière à l'arrachage n'est octroyée, sauf dans le cadre du plan de restructuration du vignoble et selon des conditions et un cadre très précis", ajoute-t-il.
C'est la partie sud beaujolais qui a été le plus impactée, soit les appellations beaujolais et beaujolais-villages. Les friches concernent donc particulièrement cette partie du Beaujolais et partiellement des terres en coteaux. Ce qui induit automatiquement un problème de reconversion.
Pour tenter d'apporter des solutions, plusieurs pistes ont été élaborées. Des acteurs économiques, des milieux viticoles et institutionnels se sont mis autour d'une table pour réfléchir à des solutions pérennes. "Une des solutions préconisée pour le sud beaujolais est une réorientation des parcelles arrachées en prairie et en culture de céréales, indique Pascal Hardy. En coteau, c'est plus difficile." Mais les plantations de vignes ne sont pas exclues non plus.
Le pôle viticole de la Chambre d'agriculture travaille actuellement sur des territoires pilotes pour tenter de trouver des solutions. "On ne peut pas faire du maraîchage partout, il y a des contraintes agronomiques", souligne Pascal Hardy en indiquant qu'actuellement des initiatives individuelles émergent (remise en prairie, céréales) mais aussi collectives. "Ce sera de toute façon un travail de longue haleine", prévient-il.

Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?