Fermer la publicité

Beaujolais : la formidable histoire de Marguerite Chabert, femme de caractère

le - - Viticulture

Beaujolais : la formidable histoire de Marguerite Chabert, femme de caractère

Première femme présidente d'une cave coopérative en France dès 1946, elle a fortement contribué à la notoriété de l'appellation fleurie. Portrait.

Il faut tourner le regard vers la fresque qui porte son nom à l'entrée du village. D'une fenêtre, le portrait de Marguerite Chabert veille jalousement sur la cave coopérative. Un clin d'œil qui en dit long sur la relation fusionnelle entre le lieu et cette femme hors norme.

Car si c'est son père qui a fondé la cave, c'est bien elle qui a marqué d'une empreinte indélébile la structure coopérative de Fleurie. Elle fut du reste la première femme à présider une cave coopérative en France. Et ce pendant près de 40 années !

Sous sa longue mandature, de 1946 à 1984, la production a bondi de 5 000 à 47 000 hectolitres. Elle a pris une part essentielle dans le développement de l'outil de travail, à travers la construction d'un nouveau cuvage en 1958. C'est également elle qui a poussé à l'ouverture d'un caveau de dégustation dans les années 1960, une vraie innovation à l'époque à l'intérieur d'une coopérative.

DES CAHIERS PLEINS D'ANECDOTES

Marguerite Chabert est décédée en 1992 à l'âge de 93 ans, mais les responsables de la cave possèdent toujours de précieux cahiers remplis d'anecdotes, souvent savoureuses. La présidente couchait sur papier toute la vie de l'endroit. On y apprend par exemple que le 12 septembre 1960, elle avait décidé de fermer la cave pour la journée afin d'organiser en urgence une vente de 2 000 hl en "jus de fruit". Il n'y avait alors plus assez de place pour vinifier la future récolte…

Quelques jours plus tard, précisément le 17 septembre, la présidente avait obtenu du service des eaux la mise à disposition d'un réservoir tout juste construit et encore vide. 3 000 hectolitres de vin y furent temporairement stockés.

En 1975, cette grande dame du vignoble a été décorée de la Légion d'Honneur. Et dans les années 1980, la prestigieuse BBC anglaise lui a consacré un reportage, preuve d'une notoriété dépassant l'Hexagone. Car si Marguerite Chabert a œuvré au développement de la cave coopérative, son action s'est avérée bénéfique pour toute l'appellation fleurie, et au-delà pour l'ensemble du Beaujolais.

Julien VERCHÈRE


Article tiré de notre supplément "100 personnalités en Beaujolais", publié le 3 octobre 2019.




Julien VERCHERE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer