Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Beaujolais : l'union des vignerons, un pied dans la tombe

le - - Viticulture

Beaujolais : l'union des vignerons, un pied dans la tombe
Après le divorce avec les crus, les représentants des appellations beaujolais et beaujolais-villages ont annoncé qu'ils souhaitaient rejoindre la CAVB, la confédération des vins de Bourgogne.

Après le divorce avec les crus, les représentants des appellations beaujolais et beaujolais-villages ont annoncé qu'ils souhaitaient rejoindre la CAVB, la confédération des vins de Bourgogne. Le Beaujolais vient d'écrire un nouvel épisode dans la crise de gouvernance qui pourrit l'ambiance générale du vignoble depuis des mois.

Après le divorce avec les crus, les représentants des appellations beaujolais et beaujolais-villages ont annoncé qu'ils souhaitaient rejoindre la CAVB, la confédération des vins de Bourgogne.

Le Beaujolais vient d'écrire un nouvel épisode dans la crise de gouvernance qui pourrit l'ambiance générale du vignoble depuis des mois. Sébastien Coquard, principal représentant des appellations beaujolais et beaujolais-villages, a affirmé jeudi dernier la volonté de l'Organisme de défense et de gestion (ODG) de rejoindre la CAVB (Confédération des appellations viticoles de Bourgogne). Cette annonce surprise a été effectuée à l'occasion du congrès de l'ODG au cuvage des Compagnons du Beaujolais à Lacenas, devant environ 150 personnes.

Si elle va à son terme, cette option annonce rien de moins que la mort de l'Union des vignerons du Beaujolais (UVB). Il n'en resterait en effet qu'une coquille vide.

Un retour en arrière s'impose pour comprendre une situation complexe. En décembre dernier, l'Organisme de défense et de gestion (ODG) des crus du Beaujolais annonçait sa décision de reprendre en main sa gestion administrative et financière, jusqu'ici confiée à l'Union des vignerons du Beaujolais (UVB). Les crus n'ont toutefois pas souhaité quitter totalement l'UVB, afin de pouvoir continuer à traiter collectivement certains dossiers concernant l'ensemble du Beaujolais.

Les quatre mois écoulés depuis ont un peu apaisé les tensions, mais visiblement pas permis de trouver une solution. "Nous avons travaillé dans un premier temps sur une possibilité de fusionner notre ODG et l'UVB dans une seule structure. Mais entre temps, les crus sont revenus sur leur décision de quitter l'UVB. L'ODG crus affiche une position ambiguë, peut-être pour des considérations financières. Ce statu quo est malsain, l'enlisement de la situation nous mène droit dans le mur", a déclaré Sébastien Coquard à la tribune. "Il n'y a plus de fédération en Beaujolais et l'ODG ne peut pas rester seule dans son coin. La seule voie possible, c'est de profiter de cette énième période de troubles pour trouver une nouvelle organisation. Le conseil d'administration m'a donné mandat pour étudier à moyen terme un rattachement à la CAVB, afin d'être performant", a expliqué le président de l'ODG beaujolais/beaujolais-villages. "Il s'agit de réfléchir aux conditions de notre représentativité au sein de cette fédération, a précisé Sébastien Coquard. Ce regroupement au sein de la Bourgogne est logique et évident. Soyons très Beaujolais dans la grande Bourgogne." Une allusion à la nouvelle marque territoriale "trèsBeaujolais" qui risque de ne pas faire sourire tout le monde, la viticulture ne montrant clairement pas l'exemple de l'union sur ce coup-là.

Pour le représentant des beaujolais et beaujolais-villages, le système actuel ne peut continuer à exister. "La construction des crus se fait en opposition à la marque mère beaujolais. En dehors du beaujolais nouveau, nos appellations sont trop oubliées. Et la communication d'Inter Beaujolais ne permet pas de relancer les ventes", a taclé Sébastien Coquard. Le débat avec les vignerons présents dans la salle n'a pas manqué de sel. "Quel poids notre ODG va peser parmi plus de cinquante au sein de la CAVB ? C'est assez suicidaire", a grimacé un viticulteur. "Pour moi, c'est la situation actuelle qui est suicidaire", lui a répondu le président d'ODG. "Pour traiter convenablement les sujets nationaux, transversaux, il faut se rapprocher d'une confédération. Il s'agirait d'une certaine manière d'une fusion de l'UVB au sein de la CAVB", a-t-il enchaîné, relayé par Frédéric Laveur, membre du bureau de l'ODG : "Depuis la création des deux ODG en Beaujolais, on s'aperçoit que l'UVB est devenu beaucoup trop fragile. Il existe un risque que tout s'écroule. Et si l'UVB s'écroule, Inter Beaujolais aussi…" Le salut passerait donc pour les beaujolais et beaujolais-villages… par la Bourgogne.

Julien Verchère




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer