Fermer la publicité

Beaujolais : l'Institut Pasteur met en vente le Château des Ravatys

le - - Viticulture

Beaujolais : l'Institut Pasteur met en vente le Château des Ravatys
DR - Le Château des Ravatys et ses vignes sur la côte de Brouilly, un ensemble remarquable mis en vente par l'Institut Pasteur.

Propriétaire des lieux depuis 1937, la célèbre fondation à but non lucratif souhaite céder l'emblématique domaine de Saint-Lager pour contribuer au financement de la recherche. Le prix de vente s'affiche à 6,9 millions d'euros.

C'est l'un des lieux emblématiques du vignoble beaujolais. A Saint-Lager, au pied du mont Brouilly, le Château des Ravatys et son prestigieux domaine s'apprêtent à être mis en vente par l'Institut Pasteur.

La fondation à but non lucratif est propriétaire de ce vaste ensemble depuis un leg remontant à 1937 (lire par ailleurs). Il faudra s'acquitter de 6,9 millions d'euros pour s'offrir un domaine viticole d'une trentaine d'hectares, ainsi que les vastes bâtiments et le clos accueillant toute l'année mariages, visites de touristes et séminaires.

Basée à Belleville-en-Beaujolais et spécialiste de la négociation de propriétés viticoles et de demeures de prestige, l'agence Vinea Transaction Bourgogne Beaujolais a été mandatée par l'Institut Pasteur pour trouver un acheteur. Les premières visites devraient débuter à la mi-juin.

PAS DE RAPPORT DIRECT AVEC LA PANDÉMIE

Frédéric Grosjean, directeur du patrimoine et des legs à l'Institut Pasteur à Paris, ne cache pas "un certain pincement au cœur" au moment pour la célèbre fondation de se décider à se séparer du Château des Ravatys. "Nous sommes attachés à ce lieu magnifique, qui a accompagné l'histoire de l'Institut Pasteur. La décision a été difficile à prendre", confie-t-il, précisant que le choix avait été acté avant le début de la pandémie de Covid-19.

"L'Institut Pasteur mène depuis plusieurs années une réflexion au plan national pour concentrer tous les besoins d'investissement pour la recherche. Le produit de la vente ira à 100 % au financement de la recherche", assure-t-il.

VIN ET SANTÉ, DÉLICAT MÉLANGE DES GENRES

"Produire du vin n'est évidemment pas la mission première de l'Institut Pasteur. Nous avons maintenu l'effort pendant plus de 80 ans, avec une qualité très souvent citée et reconnue, une force à l'export, une diversification avec le rosé, un domaine en cours de conversion en bio. Et puis il y a ces bâtiments, ce très beau parc… Mais aujourd'hui le Château des Ravatys a besoin de moyens financiers pour se renouveler", justifie Frédéric Grosjean, n'éludant pas la question du mélange des genres entre promotion de l'alcool et santé, exercice périlleux qui fait parfois grincer des dents jusqu'en interne.

Au Château des Ravatys, c'est la fin d'une époque qui s'annonce, mais sans doute pas la fin d'une riche histoire. Ne reste plus qu'à trouver qui voudra bien écrire la suite.

Julien VERCHÈRE


LES CHIFFRES CLÉS

  • 56 hectares (ha) de propriété, dont 28 ha plantés en vigne (20 ha en appellation côte-de-brouilly et 8 ha en brouilly, chiffres 2019).
  • 5500 m2 de bâtiments
  • 150 000 bouteilles de potentiel annuel de production pour l'Institut Pasteur (hors métayages).

UN HAUT-LIEU DU PATRIMOINE BEAUJOLAIS

Domaine viticole très ancien, le Château des Ravatys a vécu un tournant au milieu du XIXe siècle quand il a été racheté par Auguste Solet, ingénieur polytechnicien. "Il a conçu lui-même tous les plans du château et des bâtiments d'exploitation, avec beaucoup d'inventivité, par exemple en matière de gestion de l'eau", illustre Guy Jacquemont, ancien gestionnaire des lieux pour le compte de l'Institut Pasteur de 1987 à 2007.

C'est aussi Solet qui a planté les cèdres bleus de l'Atlas sur la face nord de la colline, et imaginé l'orangerie peuplée de palmiers. Son unique fils mort à la guerre de 1870, il a adopté sa nièce Mathilde Courbe à qui il a légué toute sa fortune à son décès en 1879.

"UN LIEU ABSOLUMENT UNIQUE"

Habile gestionnaire, cette ancienne infirmière fut présidente de la Croix Rouge du Beaujolais. Pendant la Première guerre mondiale, elle a fait aménager un hôpital militaire dans le château de Saint-Lager.

"Elle n'avait pas de descendance et a légué tous ses biens à l'Institut Pasteur de Paris en 1937", explique Guy Jacquemont. Une manière de jeter des ponts entre recherche et viticulture. Grand amateur de vin, Louis Pasteur a d'ailleurs apporté au XIXe siècle une contribution fondamentale à l'œnologie.

A partir des années 1990 et après une nouvelle tranche de rénovation d'ampleur, l'activité viticole du Château des Ravatys s'est doublée d'initiatives pour accueillir des séminaires, des mariages, ou des touristes en croisière sur la Saône.

SAINT-LAGER, "VILLE INTERNATIONALE DE LA VIGNE ET DU VIN"

Le Château des Ravatys est étroitement lié à la reconnaissance de Saint-Lager en tant que "ville internationale de la vigne et du vin", ou au prestigieux concours annuel des Chardonnay du monde.

"C'est un lieu absolument unique dans la région, dont l'histoire ne peut être déconnectée de la valeur essentielle qu'est la générosité", résume Guy Jacquemont.

J.V.




Julien VERCHÈRE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide