AccueilBEAUJOLAISBeaujolais vertBeaujeu : l'aide à domicile en déficit

Beaujeu : l'aide à domicile en déficit

L'AIASAD (Association intercommunale d'aide et de soins à domicile beaujolaise) perd 1 euro chaque heure travaillée.

BEAUJOLAISBeaujolais vert Publié le ,

L’Association intercommunale d’aide et de soins à domicile beaujolaise a décidé de lancer une alerte tant la situation qu’elle connaît est tendue. Cette semaine, elle a ainsi tenu une réunion du bureau puis une réunion du conseil d’administration avant le dépôt du budget auprès des financeurs le 31 octobre pour déclencher cette alerte. En effet, malgré une activité soutenue, voire tendue, l’association affiche une perte financière qui augmente chaque année : 47 000 euros en 2014, et sans doute davantage en 2015. La raison : à chaque heure travaillée, le service d’aide à domicile perd 1 euro.
Le coût de revient de chaque heure est de 22,85 euros, dont 1,52 euro de frais de déplacement, qui ne sont pas refacturés aux bénéficiaires, le Conseil départemental l’interdisant. Ce même Conseil départemental qui, par la voix du conseiller du canton Thomas Ravier, dit ne pas pouvoir augmenter la dotation allouée. Celui-ci suggère aux responsables de l’association de se rapprocher de leur homologue de Belleville pour mutualiser les fonctions support dans une unité qui représenterait 100 000 heures d’activité (l’AIASAD réalise un peu plus de 53 000 heures), et alléger ainsi les coûts de fonctionnement… Pour l’association, ces fonctions support sont déjà en partie mutualisées entre les différentes activités qu’elle pilote, toutes à pleine charge, les soins à domicile, l’aide aux personnes handicapées et l’aide aux malades d’Alzheimer connaissent des besoins de recrutement. Et ces fonctions support sont aussi occupées à satisfaire aux obligations que la loi ou les tutelles leur imposent : élaboration d’un projet associatif 2016-2020, plan d’amélioration des services, mise en place d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, normalisation AFNOR...
La tension est telle pour l’AIASAD que le bureau a décidé de remettre sa démission si une dotation complémentaire n’était pas allouée, qui reconnaisse aussi la spécificité du travail dans le nord Beaujolais, avec ses déplacements imposés.

Christine GESSE- Correspondante locale de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?