AccueilLOISIRSIdées baladesBalade au cœur du Bugey
Diaporama

Balade au cœur du Bugey

À deux pas de Lyon et du Beaujolais, le Bugey regorge d’atouts touristiques : des paysages intacts, sauvages, de jolis villages, une Histoire toujours présente, un riche patrimoine…
Balade au cœur du Bugey
© Jean-Pierre et Jacky Galliot

LOISIRSIdées balades Publié le , Jean-Pierre GALLIOT

Le Bugey constitue l’une des composantes du département de l’Ain, avec la Bresse savoyarde, le Revermont, la Dombes, le Val de Saône, la Côtière et le Pays de Gex. Il est enserré entre le Rhône, au sortir du lac Léman, et la rivière d’Ain. Partie sud de la chaîne du Jura, il se subdivise en deux régions distinctes, le Haut-Bugey (arrondissement de Nantua), au Nord, et le Bas-Bugey (arrondissement de Belley), souvent dénommé Bugey, au Sud.

Une histoire pleine de rebondissements

Le Bugey a une riche préhistoire et histoire. Des traces d’homo sapiens y ont été découvertes, datant de l’Âge de la pierre. À l’époque gauloise, le territoire est habité par diverses tribus : Allobroges, Séquanes, Ambarres ; la guerre des Gaules le touche. La région, bien située entre Lyon, capitale des Gaules, et Rome, se développe assez vite. Au Moyen-Âge, au 5e siècle, le Royaume Burgonde intègre une vaste région allant de Nevers au lac de Constance, et de Langres à Avignon, englobant le Lyonnais, le Bugey, la Franche-Comté, l’Isère ou encore les Alpes. En 1077, le Bugey devient savoyard, sous le Comte Amédée II de Savoie et fait l’objet de longues luttes et d’une guerre entre les deux principautés de Savoie et du Dauphiné. En 1355, lors du Traité de Paris, la Savoie acquiert la rive droite du Rhône qui appartenait au Dauphiné et le Pays de Gex. Après maintes péripéties au 16e siècle, le Bugey, la Bresse, le Valromey et le Pays de Gex deviennent français en 1601 (Traité de Lyon).

Plein d'atouts touristiques

Le Bugey possède de nombreux atouts. Sa nature tout d’abord. C’est un territoire très vert où l’on peut passer plusieurs jours à se balader, à pied ou à vélo, sur ses nombreux sentiers de randonnées, au bord de ses lacs, fleuves, rivières et gorges. Citons par exemple : la ViaRhôna qui longe le Rhône entre Genève, Lyon et la Méditerranée, le lac de Nantua et ses eaux bleutées, le marais de Lavours, le défilé de Pierre-Chatel, entre Ain et Savoie ou encore les pittoresques Gorges de l’Ain et ses vues superbes. La région regorge aussi de nombreuses curiosités, à l'image des cascades de la Charabotte et de Glandi, des grottes du Cerdon et d'autres résurgences comme les anciennes carrières de pierre de Villebois. Sans oublier le Grand Colombier, point culminant du Bugey (1531 m), donnant une vue superbe sur les Alpes, ses sommets et ses grands lacs.

Un bâti qui vaut le détour

Le patrimoine bâti n’est pas en reste. Le Bugey se distingue par ses villages typiques, aux maisons en pierre, anciens, fleuris, parfois avec leurs lavoirs et leurs fours banaux comme à Saint-Sorlin-en-Bugey et Vaux-en-Bugey. Oncieu, surnommé le "Diamant du Bugey" offre justement la particularité d’être un village établi en rond autour d’un pré. Les villes disposent également d'un riche patrimoine. Belley a sa cathédrale, Nantua son abbatiale, sans oublier Ambronay avec son abbaye et son festival de musique. On découvre aussi de nombreux châteaux, de Dortan, tout au nord, de Jujurieux et la forteresse des Allymes, près d’Ambérieu-en-Bugey.

De nombreux musées

Les musées ne manquent pas, comme ceux consacrées à la Résistance et aux maquis de l’Ain à Nantua et Cerdon. D'autre musées fleurissent dans le Bugey, l'un est consacré aux traditions bugistes à Saint-Rambert-en-Bugey, un autre à la plasturgie à Oyonnax. Le musée archéologique d’Yzernore), le Mémorial des enfants juifs à Izieux et le musée des soieries Bonnet à Jujurieux méritent également le détour.

Idées sportives

Le sport demeure l’un des points forts du Bugey. Nombreuses sont les bases de loisirs, pour pratiquer l’escalade, la voile, l’équitation, mais aussi la randonnée et le ski, sur les plateaux d’Hauteville et de Retord. Dernier atout, et non des moindres : la gastronomie, chère à Brillat-Savarin, originaire de Belley, qui a écrit la Physiologie du goût (1825). Dans les nombreux restaurants et auberges du Bugey, il est possible de déguster les vins ainsi que les quenelles sauce Nantua, la truffe, le comté produit dans les fruitières. Une région à découvrir passionnément.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?