AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeAu tribunal de Villefranche-sur-Saône, "un dossier marqué par la misère !"

Au tribunal de Villefranche-sur-Saône, "un dossier marqué par la misère !"

Mardi dernier, le tribunal de Villefranche avait à rendre un jugement concernant un jeune Albanais de 22 ans arrivé en France fin 2014 et accusé de vol par effraction à Arnas, commis en décembre de la même année, et de recel.
Au tribunal de Villefranche-sur-Saône, "un dossier marqué par la misère !"
Jacqueline FABRE - Le président du tribunal Draguicha Rakic.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Déjà incarcéré pour vol aggravé, X.P., qui s'exprime par l'intermédiaire d'une interprète, s'est introduit avec deux complices chez la victime, ses empreintes ont été retrouvées sur place, et aurait volé notamment bijoux, montre et ordinateur portable.

"Je suis venu en France car j'avais des problèmes de vendetta en Albanie, pour une histoire de terrain. J'ai été obligé de voler pour des raisons économiques, pour pouvoir payer une chambre dans un squat", explique-t-il.

"Que comptez-vous faire lorsque vous sortirez de prison ?", questionne le président Draguicha Rakic. Son père vivant en France, le prévenu répond vouloir rester près de lui, chercher du travail, avoir une vie normale. "Vu votre casier judiciaire, je doute que votre demande d'asile soit accordée", observe le président.

Pour le ministère public, la réalité est très simple : "Sitôt arrivé en France, l'accusé a commis des cambriolages en série et a déjà été jugé deux fois pour des faits de même nature". Raison pour laquelle il demande une peine de 18 mois d'emprisonnement.

Un verdict déraisonnable" pour l'avocat de la défense"

"C'est déraisonnable !, déclare l'avocat de la défense. C'est un dossier marqué par la misère. Il ne fait pas bon vivre en Albanie, c'est pourquoi il a tenté l'aventure en France. Il lui a fallu très vite trouver de l'argent. Il aurait fait un autre choix s'il avait trouvé du travail. Même si ça ne justifie pas ce mauvais choix."

Il demande donc la relaxe pour son client, du sursis pour lui donner une chance de réinsertion ici, à moins qu'il ne soit renvoyé en Albanie.

Le recel n'étant pas retenu faute du peu d'éléments, X.S. est reconnu coupable de vol avec effraction et écope de six mois de prison assortis de sursis simple pendant cinq ans.



Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?