AccueilACTUALITESViticultureAprès une récolte 2022 prometteuse, Terre des Brouilly soigne sa communication

Après une récolte 2022 prometteuse, Terre des Brouilly soigne sa communication

Auréolés d'une récolte 2022 qualitative, les crus brouilly et côte de brouilly continuent en parallèle à travailler leur image à travers l'association de producteurs Terre des Brouilly et une nouvelle campagne de communication.
Entre terre et ciel, la nouvelle campagne de communication mise sur les pépites pour brouilly et les étoiles pour côte de brouilly. De quoi raconter de belles histoires.
© Agence Claire Contamine RP et Stratégies / Aromat. Photo : Pierre Soissons - Entre terre et ciel, la nouvelle campagne de communication mise sur les pépites pour brouilly et les étoiles pour côte de brouilly. De quoi raconter de belles histoires.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Tous les voyants semblent au vert pour les appellations brouilly et côte de brouilly, rassemblées sous la bannière Terre des Brouilly. La récolte 2022 a accouché "d’un très beau millésime, dont tout le monde attend beaucoup", résume Emmanuel Jambon, vigneron à Saint-Lager et président de l’association de producteurs des deux crus depuis le début de l’année.

"Après un printemps au cours duquel on a pu imaginer un volume de production plus élevé, la sécheresse a entrainé des rendements que l’on peut qualifier de très raisonnables, de l’ordre de 45 hl/ha pour brouilly et 42 hl/ha pour côte de brouilly", souligne le chef de file de Terre des Brouilly.

Brouilly et côte de brouilly, des cours au beau fixe

Une production limitée qui devrait contribuer au maintien de cours "qui permettent aux vignerons de produire, vivre et investir", résume Emmanuel Jambon.

Après la petite récolte 2021 – couplée à des vendanges encore plus maigres en Bourgogne voisine – les prix de vente ont décollé pour les brouilly et les côte de brouilly.

"Nous nous situons autour de 400 euros à l’hectolitre. Rappelons que nous étions descendus à 240 euros/hl et que le coût de production navigue autour de 330 euros/hl. L’objectif pour l’année qui vient, c’est de maintenir les cours au niveau actuel", affirme le vigneron de Saint-Lager.

Terre des Brouilly mise sur la "réserve climatique"

Terre des Brouilly compte pour cela faire valoir l’usage du VCI ou volume complémentaire individuel, une sorte de "réserve climatique". Pas question dans ce cadre de dépasser les 54 hl/ha de production, soit 7 hl en dessous du rendement butoir (61 hl/ha).

"Il faut gérer nos stocks, l’idée est de travailler chaque année finement sur cet indicateur et de dire aux grands acheteurs que nous ne redescendrons pas sous cette barre des 400 hl/ha", explique Emmanuel Jambon.

Un outil économique et un moyen de pression que les vignerons doivent encore s’approprier, ce que ne conteste pas Franck Tavian, vice-président de terre des Brouilly.

"Le VCI n’est possible que depuis 2021, et c’est nouveau pour tout le monde. Le négoce comme les vignerons doivent appréhender cette nouvelle donne. Cela offre une carte à jouer en plus aux producteurs. En 2020, on aurait pu stocker davantage grâce à cet outil", argumente le vigneron de Cercié.

Celui-ci concède que - compte-tenu de la petite récolte 2022 - ce n’est pas cette année que les effets de ce VCI seront réellement palpables. L’heure semble plutôt à habituer les esprits.

Une nouvelle campagne de communication

Pour enfoncer le clou d’un rebond économique qui va de pair avec une image restaurée ("notre style de vin entre complètement dans les tendances de l’époque"), les deux crus du Beaujolais dévoilent en parallèle une nouvelle campagne de communication.

Adossée à l’image de la célèbre colline de Brouilly, il s’agit de faire vibrer la corde sensible des "chasseurs de pépites" pour l’appellation brouilly et des "chasseurs d’étoiles" pour côte de brouilly.

Dans un registre proche, Terre des Brouilly lance "484, un vin ses vignerons" une marque collective et présentée comme haut de gamme, à laquelle souscrivent pour l’instant 23 adhérents.

"On demande aux vignerons d’être pointus sur leurs vinifications pour élaborer deux assemblages, avec une cuvée de printemps et une d’automne. Les vins seront disponibles en février ou mars 2023", annonce Emmanuel Jambon. Un lancement là aussi assorti d’une campagne de communication dédiée.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?