Fermer la publicité

Anse : le Chti Gnoc veut sauver ses bulles

le - - Economie

Anse : le Chti Gnoc veut sauver ses bulles
Fabrice PETIT - Vincent Lefebvre et Franck Pegon vendent leur bière en fût à la bouteille.

L'événementiel souffre de la crise sanitaire, mais les fournisseurs du secteur également, à l'image du Chti Gnoc à Anse, qui a entamé une campagne pour éviter le gaspillage en diffusant sa bière en fûts à petits prix.

Dans sa boutique de la route de Villefranche, le Chti Gnoc s'adresse non seulement aux particuliers, mais aussi aux professionnels : organisateurs d'événements, bars et restaurants, associations sportives, classes de conscrits, mariages… Mais depuis fin octobre 2020, plus rien ne se passe, ou alors sans aucun public pour les rares événements qui ont pu se tenir à huis clos.

Le Chti Gnoc, comme de nombreux autres distributeurs de boissons, s'est donc retrouvé avec un stock important sur les bras : 6 à 7000 litres entrés en prévision de la reprise de l'activité avant le deuxième confinement et dont la date limite d'utilisation optimale approche.

Mais hors de question de jeter : Vincent Lefebvre et Franck Pegon, responsables du Chti Gnoc, ont décidé de les mettre en vente, au tirage à la bouteille. Des prix au litre allant de 1 à 10 euros, selon la bière. "Cela va engendrer un manque à gagner, note Vincent Lefebvre, mais nous préférons vendre ce qu'il est possible plutôt que de gaspiller". Le public est au rendez-vous et y trouve son compte, avec modération ! Le Chti Gnoc espère ainsi limiter la casse, et pouvoir reprendre d'ici juillet une activité normale.

Fabrice PETIT

Correspondant local de presse

Le Chti Gnoc, 1932 route de Villefranche à Anse.




Fabrice PETIT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide