AccueilACTUALITESEconomieAnse : la colère ne retombe pas chez Sterigenics

Anse : la colère ne retombe pas chez Sterigenics

Deux mois après l'annonce de la fermeture du site Sterigenics situé à Anse, la colère demeure vive parmi la vingtaine de salariés qui travaillent pour cette multinationale américaine.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

Le numéro un mondial de la stérilisation a avancé un manque d'activité et de rentabilité pour expliquer la suppression de l'unité implantée dans la zone industrielle de Lossburg. "Nous avions de sérieux doutes sur la réalité de ces difficultés, cette fois-ci nous détenons la preuve que cette fermeture n'a pas de rapport avec une mauvaise santé économique de l'entreprise", grimace Salim Ghelab, représentant du personnel et délégué syndical FO. Une affirmation étayée par la lecture d'un rapport rédigé par un groupe d'experts, mandatés par les représentants du personnel pour éplucher les comptes de la société. "Un indicateur montre par exemple que Sterigenics est une entité aussi solide que les groupes opérant dans l'industrie du luxe, un secteur qui ne connaît pas la crise", illustre M. Ghelab. "C'est vraiment révoltant d'imaginer qu'ils puissent fermer un site dans ces conditions." Sterigenics emploie 1?300 personnes dans le monde et exploite 39?centres de service en Amérique du nord, Asie et Europe.
Le délégué syndical FO et les salariés de Sterigenics ne comptent pas lâcher prise, alors que les réunions liées au plan social se succèdent, et que le fameux rapport est dans les mains de l'administration française. "Nous sommes déterminés à nous battre jusqu'au bout pour éviter cette fermeture et sauvegarder nos emplois", insiste le représentant du personnel, appelant de nouveau au soutien des élus locaux.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?