AccueilBEAUJOLAISAménagement du territoire : le Syndicat mixte propose, les Verts s'opposent

Aménagement du territoire : le Syndicat mixte propose, les Verts s'opposent

En vue d'établir la stratégie territoriale pour les 20 ans à venir, le Syndicat mixte du Beaujolais a organisé une première réunion publique, lundi à Saint-Georges-de-Reneins, pour annoncer les grandes lignes du futur schéma de cohérence territoriale. Un plan jugé insuffisant par quelques figures écologistes du territoire. Récit.
Pascal Ronzière, président du Syndicat mixte du Beaujolais, a présenté le plan d'action stratégique du schéma de cohérence territoriale.
© Simon ALVES - Pascal Ronzière, président du Syndicat mixte du Beaujolais, a présenté le plan d'action stratégique du schéma de cohérence territoriale.

BEAUJOLAIS Publié le ,

La salle Saône de l'espace culturel La Pirogue, à Saint-Georges-de-Reneins, a attiré du beau monde, lundi soir, pour assister à la réunion publique de présentation du schéma de cohérence territoriale (Scot) du Syndicat mixte du Beaujolais (SMB) et découvrir les grandes orientations stratégiques des quatre intercommunalités du Beaujolais (Villefranche Beaujolais Saône, Saône Beaujolais, Beaujolais Pierres dorées et Ouest Rhodanien) d'ici 2040.

Aménagement du territoire : la Région fait de la pédagogie sur ses aides

"Il s'agit d'une première étape et du résultat de discussions qu'on mène depuis deux ans", a rappelé Pascal Ronzière, président du SMB. Onze réunions de travail ont permis d'accoucher de ce plan d'action stratégique devant s'appliquer à l'échelle du territoire qui compte 116 communes et 222 000 habitants.

Le prix d'une forte attractivité

Un plan dont les axes définis s'inscrivent dans un contexte d'attractivité rappelé par celui qui est aussi président de l'Agglo de Villefranche : 16 000 habitants gagnés en dix ans (+0,81 % de croissance), 11 500 logements supplémentaires et 10 500 employés créés pour la même période. Un développement conséquent, dû à la proximité de Lyon, mais aussi "inégal", selon l'élu.

Quand l'Ouest Rhodanien observe une croissance de 0,22 %, les Pierres dorées affichent 1,38 %. Cette pression démographique se ressent sur le foncier, avec 882 ha consommés de 2009 à 2019. "C'est environ la surface de Villefranche", a souligné Pascal Ronzière. Les loyers ont également pris 15 % en cinq ans et la voiture occupe 80 % des trajets domicile-travail. Le Beaujolais devra également prendre en compte les règles climatiques en réduisant de 50 % ses surfaces artificialisées d'ici 2032.

Maîtrise, équilibre et exigence

Pour penser un "développement différent", le plan du SMB s'articule autour de trois axes : maîtrise, équilibre et exigence. Le premier définit notamment une ambition de croissance démographique régulée à 0,75 % par an, soit 36 000 habitants supplémentaires maximum d'ici 2040. Une poussée démographique qui devra s'opérer de façon homogène sur le territoire. Diversification des logements, charte de densification, maintien et créations de zones d'activité économique et agricoles font partie des pistes pour y parvenir.

Concernant l'équilibre, il s'agit justement d'accompagner le développement à l'ouest du département en y favorisant l'installation de services et la création d'emplois. L'amélioration d'une offre de transports en commun aujourd'hui famélique demeure centrale pour y parvenir. Enfin, l'exigence concerne les paysages, leur protection et l'intégration architecturale et urbaine.

"C'est quasiment criminel"

Au jeu des questions réponses lancé par Pascal Ronzière et son vice-président, Daniel Pomeret, quelques têtes bien connues du la tendance écologiste beaujolaise ont émergé de la mêlée. Jean-Marie Roche, maraîcher bio à Saint-Étienne-des-Oullières, n'a pas mâché ses mots : "Je suis très en colère. Ça pourrait avoir de la gueule s'il n'y avait pas l'urgence climatique au milieu. C'est quasiment criminel ce que vous proposez".

Un discours que Thierry Girardot, élu écologiste d'opposition, a abondé ensuite : "L'Onu et le Giec annoncent et demandent des bouleversements politiques. Les entendez-vous ? Le 22 octobre prochain, M. Ronzière, vous serez à la conférence des Scot. Allez-vous abonder dans le sens de votre parti qui veut limiter les règles d'artificialisation nette ?"

Des interventions qualifiées de "très politiques" par le président du SMB. "Je suis dans le réel et le pragmatisme, a-t-il asséné. Nous ne sommes pas dans l'incantation. Tous ces mots, demain, vont se traduire. Le Scot ne représente pas tout ce que nous pouvons faire pour le territoire. On pose des règles et ensuite, les intercommunalités ont leur propre stratégie." Pour répondre à Thierry Girardot sur sa position, Pascal Ronzière a assuré que "si certains élus essayent de marchander, ce ne sera absolument pas notre cas. Depuis le début, nous suivons la loi, toute la loi et rien que la loi".

D'autres réunions publiques se tiendront au mois de décembre. D'ici là, tout habitant peut apporter ses questions ou observations en écrivant à concertation-scot@pays-beaujolais.com. Des réunions publiques à Villefranche et Tarare auront lieu en décembre pour poursuivre les débats.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?