AccueilACTUALITESPolitiqueAmbroise Méjean : "Si je devais refaire campagne, je ne changerais pas de stratégie"

Ambroise Méjean : "Si je devais refaire campagne, je ne changerais pas de stratégie"

Bon perdant, le candidat de la majorité présidentielle, vaincu au second tour, revient sur sa campagne, son futur et ses échanges avec son adversaire.
Ambroise Méjean : "Si je devais refaire campagne, je ne changerais pas de stratégie"
©Twitter Ambroise Méjean

ACTUALITESPolitique Publié le ,

Le second tour dans la 9e circo du Rhône a été marqué par un très fort soutien des électeurs à Monsieur Portier : vous êtes arrivé en tête dans trois communes sur 65. Pensez-vous que cela soit dû au fait que n'êtes pas natif du Beaujolais ?

Pour moi, le premier élément d'explication de mon score est politique plutôt qu'en rapport avec l'ancrage local. Lorsqu'on additionne les voix RN au premier tour de l'élection, avec un appel indirect à voter pour Monsieur Portier et celles de Reconquête, on obtient un score proche de celui de Monsieur Portier, voir supérieur. Après, évidemment qu'une partie des électeurs ont préféré choisir l'option locale face à l'option nationale que je leur offrais.

Contrairement à vous, Alexandre Portier a particulièrement mis en avant ce rôle local du député et vous avez également été plus vindicatif au cours de la campagne : regrettez-vous ces choix ?

Si je devais refaire ma campagne, je ne changerais pas de stratégie. Ce que je présentais comme vision du rôle du parlementaire était plus juste et c'est un désaccord que je continue d'avoir avec mon adversaire ; ça n'a pas convaincu pour autant. Mais ce n'est pas parce qu'on ne convainc pas qu'on change d'avis. Pour le côté offensif, dans un 2èmetour ou j'avais 2 500 voix de retard, j'ai voulu montrer de manière un peu véhémente les différences entre moi et mon adversaire, parce que c'était la seule façon d'être entendu.

Vous avez appelé Alexandre Portier le soir de sa victoire : que lui avez-vous dit ?

Je l'ai félicité pour sa campagne. Au-delà du désaccord que j'ai mentionné juste avant, je trouve qu'ils ont fait une campagne qui était d'une efficacité redoutable, avec beaucoup de courriers personnalisés et pas mal de terrain. Je suis à l'entière disposition d'Alexandre Portier pour l'aider dans ses nouvelles fonctions. Si on peut d'une manière ou d'une autre aider sur les dossiers du Beaujolais et contribuer à la réussite du territoire, ce sera avec plaisir. On a convenu de se voir dans les jours à venir.

Quelle est la suite des évènements pour vous ? Est-ce que vous allez rester dans le Beaujolais ?

Je ne suis pas certain de rester, je n'ai pas définitivement pris ma décision. Je suis toujours président des Jeunes avec Macron, donc j'ai un rôle important à jouer dans le début de ce 2èmequinquennat, surtout au regard du résultat des législatives. Je suis revenu à Paris hier et j'ai enchaîné les rendez-vous. Comme je l'ai dit à tous durant ma campagne législative, mon numéro de téléphone ne change pas ; si je peux aider de quelque manière que ce soit, ce sera avec grand plaisir.

Quel regard portez-vous sur la recomposition de l'Assemblée nationale ?

Le nombre de député RN est inquiétant. En même temps, c'est aussi la traduction d'une réalité électorale : le parti rassemble plusieurs millions d’électeurs. Je constate aussi que là où il y aurait pu avoir un front républicain, il n'y en a pas eu. On s'inquiète un peu de la porosité qui existe entre l'électorat d'extrême gauche et celui du Rassemblement national.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?