AccueilAINA Montluel, un salon de thé dans l’Ehpad

A Montluel, un salon de thé dans l’Ehpad

Afin d’offrir un lieu de vie en dehors des murs de l’Ehpad public Les Tilleuls, la directrice, Julie Sanson, a eu l’idée de créer un salon de thé devant l’enceinte de l’établissement. Il sera ouvert aux résidents, leurs familles et aux habitants.
Le salon de thé, qui doit encore trouver un nom, sera ouvert aux résidents de l'Ehpad mais aussi aux habitants de Montluel.
© DR, vue d'architecte - Le salon de thé, qui doit encore trouver un nom, sera ouvert aux résidents de l'Ehpad mais aussi aux habitants de Montluel.

AIN Publié le ,

Depuis le mois d’avril, un nouveau bâtiment se construit juste à l’entrée de l’Ehpad public Les Tilleuls à Montluel. Si la maison de retraite est bien à l’origine de ce projet, il ne s’agit pas de nouvelles chambres, pour compléter les 108 déjà existantes. En fait, un salon de thé va voir le jour à l’horizon février ou mars 2023.

Retrouver une place dans la société

Cette structure, résolument cosy, permettra d'apporter un lieu qui n'existait pas dans la commune, tout en offrant un espace plus chaleureux aux résidents. Sur les quelque 100 m2 du projet, les résidents pourront, avec leur famille, entre eux ou avec leurs amis venir manger une pâtisserie type madeleine ou tarte aux pommes.

De quoi sortir de l’Ehpad, sans en être trop éloigné. Puisqu’il sera aussi ouvert aux habitants, le salon de thé va permettre de casser les barrières entre les résidents et le reste de la population.

"Ce qui manque aux résidents, c’est le sentiment de faire partie de la société. Pour le moral, le psychisme et l’estime de soi, c’est important d’avoir cette impression de sortir de l’établissement", explique Julie Sanson, la directrice de l'Ehpad. Elle imagine déjà les promeneurs du marché et les parents, avant la sortie des écoles, s'y retrouver.

Pas simple à financer

Validé fin 2019 par le conseil d’administration, ce projet devait coûter 300 000 euros, investis en fonds propres. Mais l’augmentation des coûts divers et les pénuries sur certains matériaux entraînant des surcoûts ainsi que du retard, le projet s’établit désormais à 500 000 euros. Une somme supérieure aux possibilités de l’Ehpad.

Aussi, Julie Sanson recherche des financements et se tourne notamment vers le mécénat. "Nous avons déjà reçu des dons, à hauteur de 40 000 euros environ. Nous attendons le résultat d’une demande de financement auprès de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, qui dispose d’une enveloppe pour les tiers-lieux dans nos établissements".

En-dehors de ces circuits, le projet, innovant, ne rentre dans aucune case. La directrice espère obtenir ces financements, afin de ne pas avoir à en reporter le coût sur le prix/journée des résidents.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?