AccueilAINÀ Misérieux, Le Comptoir des bons vivants fait son chemin

À Misérieux, Le Comptoir des bons vivants fait son chemin

Ouvert depuis mars 2022, le restaurant, avec sa carte maitrisée et ses soirées festives, a su conquérir les papilles des locaux.
Thomas Bardet, responsable salle de l'établissement.
©Zoé Besle - Thomas Bardet, responsable salle de l'établissement.

AIN Publié le ,

Au lieu-dit Les Combes, un nouveau restaurant a ouvert ses portes en bordure de la départementale 936, à la suite de la Pergola et de l'Oie d'or (rebaptisé Bajual par la suite) : depuis six mois, Le Comptoir des bons vivants a pris la relève. Racheté par Benjamin Baule en novembre 2021, l'établissement a fait peau neuve avant sa réouverture le 10 mars 2022 : deux toilettes supplémentaires ont été créées et l'ancien bar en bois rhabillé et prolongé. "On voulait vraiment séparer le bar de la salle en créant un vrai comptoir", explique Thomas Bardet, responsable de salle.

L'établissement peut accueillir entre 60 et 70 personnes à l'intérieur, auxquels viennent s'ajouter 50 à 60 couverts sur la terrasse située derrière l'établissement. Pour piloter l'établissement, ils sont trois : Benjamin Baule, Thomas Bardet en salle et Sébastien Vierne aux fourneaux, avec quelques extras ponctuels lorsque cela est nécessaire.

Une carte simple et efficace

©Comptoir des bons vivants La pièce du boucher du Comptoir des bons vivants change régulièrement : ici un T-Bone de la boucherie Tradisteack, basée à Reyrieux.

Hormis quelques touristes venus visiter Ars-sur-Formans, la clientèle est essentiellement constituée de locaux, qui se sont petit à petit laissés séduire. "Au début, les gens ne savaient pas trop si l'établissement avait rouvert et si le propriétaire avait changé, ils étaient hésitants", se souvient Thomas Bardet. Aujourd'hui, l'établissement tourne particulièrement bien les week-ends : des soirées thématiques sont régulièrement organisées "On essaye de proposer des évènements au moins une fois par mois, que ce soit des concerts, un DJ ou une soirée karaoké".

En addition à une carte composée en partie avec des produits locaux – pain de Sainte-Euphémie, fruits et légumes de L'instant primeur à Reyrieux – renouvelée chaque saison, Le Comptoir des bons vivants propose aussi des soirées spéciales : moules frites à volonté, veaux à la broche, paëlla, pour varier les plaisirs. Même idées avec la pièce du boucher – l'établissement travaille avec la boucherie locale Tradisteack – ou le poisson de la criée, qui changent régulièrement. "On essaye de garder une carte simple et concise, tout en renouvellement nos propositions", souligne le responsable de salle.

À la rentrée, l'établissement va reprendre ses soirées festives. Si une partie de la carte du Comptoir est déjà disponible en vente à emporter, le restaurant, contacté par Uber Eats et Deliveroo, envisage de se lancer en livraison "Ça pourrait bien fonctionner l'hiver, pour des gens un peu plus casaniers qui veulent quand même se faire plaisir en faisant travailler les restaurateurs. Je pense qu'on sera amenés à travailler avec eux à l'avenir", conclut Thomas Bardet.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

Journal du 01 septembre 2022

Journal du01 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?