Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

86e Marché aux vins de Fleurie ce week-end : la tradition se réinvente !

le - - Viticulture

86e Marché aux vins de Fleurie ce week-end : la tradition se réinvente !
La 86e édition du marché aux vins du Beaujolais, Mâconnais et Chalonnais ouvre ses portes vendredi à Fleurie. Evénement d'abord dédié aux professionnels, il s'est métamorphosé au fil des années pour attirer le grand public.

C'est l'histoire d'une métamorphose réussie.

Le marché aux vins de Fleurie se tient pour la 86e fois ce week-end. Une quarantaine d'exposants représentant l'ensemble des appellations du Beaujolais - mais aussi les vins du Mâconnais et du Chalonnais - seront rassemblés dans le cadre d'une salle des sports relookée pour l'occasion. Tous auront à cœur de faire découvrir leurs plus belles cuvées au grand public. Entre vendredi après-midi et dimanche soir, plusieurs milliers de visiteurs sont attendus.
Le marché aux vins n'a pas toujours ressemblé à cette image. Il a longtemps été une affaire de professionnels. Jean-Paul Champagnon, vigneron à Fleurie et président de l'association organisatrice, replonge dans le passé : "A l'origine, les gens présentaient leur vin de l'année dans la cour de la mairie, toujours au début du mois de novembre. Les vignerons amenaient  leurs pièces de vin (NDLR : 216 litres) et la vente s'effectuait ainsi, l'acheteur repartant avec les tonneaux".
A partir des années 1950, le marché aux vins a commencé à évoluer. "ll est devenu une exposition à travers des échantillons à déguster par les potentiels acheteurs. Venaient à Fleurie tous les négociants du Beaujolais et du Mâconnais, des bistrotiers lyonnais et même des cafetiers se déplaçant spécialement de Paris ! Ils rentraient le vin en feuillette et le revendaient ensuite au verre", raconte M. Champagnon, se remémorant un souvenir d'adolescence. "Je devais avoir une quinzaine d'années, mon père avait vendu du vin à un Parisien qui tenait un bar appelé "Le Rubis". Longtemps après, en 1991, j'ai reconnu cet ancien acheteur, de retour au marché aux vins. Et je lui ai revendu une pièce de vin, cette fois-ci pour lui et ses enfants", sourit le vigneron de Fleurie.

Changement de formule

Avec la concentration du négoce et l'évolution de la façon de consommer du vin, le rendez-vous de Fleurie n'a pas eu d'autre choix que de se réinventer au tournant des années 2000. Sans quoi il aurait sans doute disparu aujourd'hui. "Il fallait trouver une autre solution pour vendre du vin. Tout a bien changé. Aujourd'hui, si les professionnels s'y intéressent toujours, on vend directement nos bouteilles aux consommateurs. Tout le monde en Beaujolais est conscient de l'intérêt de conserver cet événement. 86e ça veut dire quelque chose…", ajoute M. Champagnon. Si l'association du marché aux vins a éprouvé quelques difficultés à réunir suffisamment d'exposants au départ, elle en refuse désormais chaque année. Fort d'une progression constante en nombre de visiteurs comme de bouteilles, le marché aux vins de Fleurie semble surfer sur la vague de la réussite. Un succès à consommer sans modération pendant tout le week-end.

Julien Verchère




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer